Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, [2]
Auteur Message
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mar 29 Mar 2016 15:38 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Fév 2013
Messages: 78
Localisation: Incertitude
Froll a écrit:
Mia a écrit:

Euh explique moi en quoi ça invalide quoi que ce soit ? Quand je dis qu'il ne connais rien au cinéma c'est une image et tu l'as toi même compris...


Donc quand tu dis qu'il n'y connait rien en cinéma, en fait c'est une image donc tu ne le penses pas?
Donc c'est juste une attaque gratuite?
Là c'est à toi de t'expliquer.



Oui ça s'appelle une hyperbole... Qu'es ce que tu veux que je dise de plus ? Evidemment qu'un type qui fait des vidéos sur le cinéma y connais un minimum. N'importe quelle personne ayant vu au moins un film dans sa vie connaîtra quelque chose sur le cinéma... C'est de l’exagération jusqu'à l'absurde...
Donc permet moi d'halluciner quand tu me sors ça pour me dire que je me contredis.

Froll a écrit:
Mia a écrit:

Puis contrairement à ce que tu dis j'ai expliqué pourquoi je trouvais ce qu'il fait médiocre mais bon ça t'y réponds pas...


Ton premier message était juste de la regurgitation de haine, ce que j'ai souligné. Tes premiers arguments (heum...) arrivent à partir du second message, et dans ce même message tu me reproches de ne pas répondre à ton argumentaire (wahou, je dois deviner à l'avance ce que tu vas poster !!)



Visiblement tu comptes mal puisque c'est dans mon troisième message que je te reprochais de ne pas répondre à mon deuxième message que tu as vu puisque tu le cite partiellement dans ton deuxième message.
Et puis bon tu dis que mon premier message c'est de la "régurgitation de haine" mais à part au début ou je dis que je le déteste le reste du message est dépourvue de jugement de valeur, ce sont des faits observables...

Froll a écrit:

Mia a écrit:


Encore un sophisme (pour quelqu'un qui ne cesse de dire que je n'ai pas d'argument c'est cocasse) que moi je sois virulente (et j'en ai rien a faire à vrai dire) n'empêche en rien ton message d'être virulent lui aussi...


Ha il l'était complètement!! je le reconnais, j'ai bien expliqué tout le mainsplainning que j'avais fait plus haut. Ce qui m'a fait tiqué c'est qu'on me le reproche à moi alors que ton message juste au dessus est la définition même de la virulence.

Et une fois de plus, non je ne défend pas Durendal. Tu as posté un message digne des forums jeuxvideo.com, une diatribe dégueulasse qui est triste à voir ici, je l'ai souligné, ironisé, je me suis complètement moqué de toi. Je ne te demande pas d'argumenter tes messages pour le plaisir de te répondre par la suite (quoique j'en sais rien, ça dépend de ton argumentaire), je te le demande pour que ce sujet reste de bonnes factures.

C'est la base. Je sais qu'avec les réseaux sociaux c'est devenu la "norme" de cracher sa haîne gratuitement en un minimum de caractères, j'espère que ce n'est pas encore le cas ici. Tu n'en as rien à faire d'être virulente? ok, maintenant je saurais à quoi m'en tenir avec tes messages.


C'est assez marrant tu me fais passer pour le diable on dirait...
"diatribe dégeulasse" Très bien hormis dans la première phrase de mon premier message cite moi un passage ou j'attaque durendal sur sa personne ? Parce que le reste c'est des faits tout simplement...

Et ta comparaison aux forums de jeuxvideos.com totalement sophistique est inutile... Oui sur ce site il y a des forums entier peuplé de troll, mais le forum cinéma est excellent et bien plus intéressants à lire que la grande majorité du reste d'internet niveau ciné.

Puis prend mes messages comme tu le veux qu'est ce que tu veux que je te dise ? Et à te lire on se demande qui est le plus méprisant de nous deux...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mar 29 Mar 2016 18:50 
125 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Oct 2006
Messages: 912
Localisation: Ici.
Il faut se détendre.

Bonjour, je suis cinéphile et je n'ai rien contre l'existence de Durendal. Le bonhomme peut certes paraître irritable, voire insupportable; ses goûts sont douteux et son savoir (très) approximatif, mais comme Seishiro l'expliquait très joliment dans son premier message, la chaîne de Durendal n'est pas destinée à tout le monde. Elle sert avant tout de porte d'entrée aux non-initiés et paraît donc risible aux yeux de l'amateur aguerri qui lit Les Cahiers et qui va à la Cinémathèque. Il n'empêche que Durendal est au cinéma ce que les frères Bogdanov sont à la science: un apport étrange, farfelu, parfois idiot et vain, d'autres fois drôle, mais parfaitement légitime et qui peut inciter les novices à apprendre des trucs. Je le regarde parfois, et j'avoue souvent arrêter la vidéo au bout de 30 secondes (dernièrement, il a aimé Batman V Superman) mais bon, ça fait partie de son image d'iconoclaste qu'il s'impose, en aimant défendre l'indéfendable.

Durendal possèdes des qualités évidentes que la concurrence - InThePanda, Mr. 3D, etc. - n'a pas. D'abord, Durendal n'est pas consensuel, contrairement à un soporiphique Fossoyeur dont l'avis et le commentaire d'un film sont toujours complices de sa réception générale. Oui, Durendal a préféré White Bird à Gone Girl, sortis la même semaine. Et alors ? Ensuite, Durendal est l'un des seuls à faire une analyse technique et pragmatique d'un film, à parler de l'échelle de plans, du format du cadre, de la marque de la caméra, du montage, de la musique, du son, de la structure d'un scénario, etc. Ce n'est pas étonnant vu son diplôme de l'ESEC, école de cinéma qui forme de futurs assistant-réalisateurs/scénaristes/cadreurs/etc. plus qu'elle n'enseigne l'histoire du cinéma, l'évolution des formes. En gros, il ne faut pas s'attendre à un doctorant qui étudierait l'Image-Mouvement redéfini par un montage tarkovskien. Si vous voulez une approche thématique d'un film (ses idées), allez ailleurs. De même pour des notions historiques de bases: vous n'allez rien apprendre de l'histoire du cinéma de la part du type qui affirme que Le Nouvel Hollywood a débuté avec Retour vers le Futur. Mais en soi ce n'est pas un problème puisque Durendal n'aborde pas ce discours.

L'argument qui revient le plus souvent pour critiquer Durendal est "Il n'aime pas ... donc il n'aime pas le cinéma", injonction péremptoire très douteuse. C'est quoi un cinéphile ? L'appréciation d'une oeuvre et d'un artiste ne détermine pas l'appréciation d'un art dans son entièreté. Kubrick = Cinéma, donc si Durendal n'aime pas Kubrick, il n'aime pas le cinéma. Je l'annonce d'emblée: il est possible (voire souhaitable ?) de ne pas aimer un classique. Il est humainement impossible de tout aimer dans l'art, et les critiques ou les réalisateurs sont les premiers à balancer des énormités grossières sur leurs collègues et leurs grands "classiques". N'oublions pas que Tarantino a dit qu'il préférait Psychose 2 au film d'Hitchcock et que Terrence Malick adore Zoolander. Donc cracher sur Durendal parce qu'il a apprécié Lucy me laisse perplexe. J'ai beau m'infliger chaque année In The Mood For Love, Moïse et Aaron, Sans Toit ni Loi ou Les Parapluies de Cherbourg, je ne peux pas m'empêcher de m'ennuyer ferme. Et pourtant Underworld, La Momie, Transformers et Troie sont des petits plaisirs coupables. Avant toute approche objective, une oeuvre d'art est d'abord une expérience personnelle. Je n'ai pas aimé la plupart de ses films, mais je reconnais évidemment le talent artistique de Wong-Kar Wai et sa place parmi les grands génies. Peut-être Durendal ne le fait-il pas assez souvent ? Je parlais de critiques plus haut: saviez-vous qu'il existait des livres universitaires qui partagent les même idées que lui sur Star Wars et Adieu au Langage ? On présente Durendal comme un débile mental qui ne sait pas aimer un film à sa juste valeur, mais sait-on qu'il est le produit naturel d'un enseignement et d'une idéologie universitaire ? J'en doute.

Bref tout ça pour dire qu'il ne faut pas se prendre la tête. Durendal c'est bien un moment mais il faut savoir prendre ses distances, et surtout ne jamais boire ses paroles. Si vous voulez une chaîne française youtube drôle, intéressante, pertinente et renseignée, je vous renvoie vers CROSSED. J'ai écrit ici parce que j'en avais ras-le-bol des avanies appuyées et des détracteurs pédants qui utilisent le nom d'un pauvre gars pour afficher leur supériorité culturelle/intellectuelle. Comme s'il était sage de descendre autrui pour valoriser ses propres goûts...

EDIT: petit oubli qui change le sens de tout mon message.

_________________
Image


Dernière édition par Donnie Darko le Mer 30 Mar 2016 13:59, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mer 30 Mar 2016 13:48 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Ah.
Bon ba procédons par ordre:

1. Non la chaine de Durendal ne sert pas d'initiation au Cinema, ou alors à la limite d'un cinéma qui me parait déjà plutôt simple à appréhender. Le mec n’aime pas les westerns, les films de gangster, les films d’auteurs (enfin parfois si, mais en fait non), la plupart des films en noir et blanc. Il prône le fait que la plupart des anciens classiques n’ont pas forcément à être vu car on a fait mieux depuis. Pour les vlogs, même si de temps à autres on a le droit à un film qui sort un peu de l’ordinaire, c’est plus que majoritairement des Blockbusters ou film populaire (dans le sens, qu’ils sont déjà bien médiatisé). Je sais d’ailleurs d’une de ses connaissances, que parfois il ne vlog pas des films qui pourrait être trop obscure pour son public. Pour ses pjrevat, à part Araki, il n’a jamais vraiment parlé de film un peu obscure/original (on parle quand même de quelqu’un qui dis challenger son public en faisant une rétrospective Sofia Coppola, j’ai rien contre son cinéma (j’adore Virgin Suicides), mais c’est pas mal de paillettes dans les yeux).
Donc non, désolé, mais ça initie à vraiment pas grand-chose. A la limite ça conforte ceux regardant un film de temps en temps à se dire qu’il s’y connaisse un peu en cinéma.
Autant je veux bien qu’un Crossed (par ses références) ou un Fossoyeur de film puissent créer la flamme de la passion, autant Dudu y’a quand même peu de chances.
2. « Durendal n’est pas consensuel ». En effet, il ne l’est pas. Mais est-ce vraiment une bonne chose ? Je veux dire, remettre en cause les classiques, défendre certains films conspués, c’est très bien. Mais d’une part, il a une approche du cinéma ultra premier degré et ne voit souvent pas les divers sens de lecture qu’un film a (ce qui pose problème quand on veut s’attaquer à un grand film), et d’autre part si je ne doute pas de son honneteté, il a tout de même une sorte de rejet de l’avis général quasiment systématique. C’est simple, dans ses pjrevat, 9 fois sur 10, il va aimer le pire film d’une saga, et détester celui qui est bon. Parfois c’est amusant, et avoir un autre point de vue est intéressant, mais c’est franchement rare que les arguments suivent.
Ah et sinon, autant je veux bien que Monsieur 3D est rien de mieux à donner (il n’a jamais existé à mes yeux), mais je trouve Inthepanda bien plus pertinent dans le genre. Je trouve son avis plus juste en général, et surtout son émission Unknown Movies elle a vraiment une vision du cinéma un peu original. Alors oui, le mec a l’air aussi pas mal prétentieux et peut dire des énormités, mais je le trouve 10 fois mieux que durendal pour le coup.
3. « Durendal est l'un des seuls à faire une analyse technique et pragmatique d'un film, à parler de l'échelle de plans, du format du cadre, de la marque de la caméra, du montage, de la musique, du son, de la structure d'un scénario, etc. ». Alors ça va faire un petit moment que je n’ai pas vu ses vidéos, mais j’avais quasiment regardé l’intégralité de ses premières années. Et je peux te dire que oui, si au début c’est sympa de savoir les différents types de caméras, les focales, etc… Tout ça tourne très très vite en rond. Sur le plan technique j’ai pas grand-chose à lui reprocher (notamment car je ne suis pas compétent sur le domaine), mais quand même savoir que tel film a été tourné avec tel caméra, et que tel plan utilise tel focal, c’est de l’ordre de l’anecdote. Si tu n’arrives pas à analyser ce que ça veut dire derrière, le symbolisme et les thématiques que cela soulève, alors ça ne vaut pas mieux qu’une anecdote à sortir en soirée. Et ce travail-là, il le fait rarement, très rarement. Puis pour le montage/musique, il en parle quand même très peu il me semble.
Par contre pour ce qui est de la réalisation pure, de la mise en scène, de l’analyse du mouvement, etc… C’est le vide absolu. Pourtant, c’est ce qui importe vraiment au cinéma. C’est pour ça que les films de Kurosawa sont si fascinant, c’est pour ça qu’un film qui arrive à dire beaucoup par sa mise en scène et peu par ses dialogues est si impressionnant.
Pour ce qui est de ça, je l’ai quasiment découvert avec Every Frame A Painting (que tu aimes bien d’ailleurs il me semble), et du coup je pense que tu comprendras quand je dis que ça c’est de la vraie analyse de film. Ce qu’il fait lui relève vraiment de l’anecdotique, ce n’est pas profond. C’est d’ailleurs, je pense, ce que voulais dire Mia par ses messages. Que son analyse est très très pauvre. Durendal pour moi peut à la limite servir pour se faire des aprioris sur les films récents (et se dire si un film a l’air sympa ou décevant), mais pas mieux.
4. « vous n'allez rien apprendre de l'histoire du cinéma de la part du type qui affirme que Le Nouvel Hollywood a débuté avec Retour vers le Futur. Mais en soi ce n'est pas un problème puisque Durendal n'aborde pas ce discours. ». Franchement, si c’est grave. Car dès le moment qu’il va sortir une énième énormité, on a tout un tas de gens qui le suivent qui vont retenir ces informations. Ça accouche donc d’un public qui croit connaitre le cinéma, et qui vont sortir des énormités qui peu à peu seront cru comme des vérités. La vulgarisation c’est bien, la désinformation c’est dangereux.
5. "Il n'aime pas ... donc il n'aime pas le cinéma". Là encore, je serais assez d’accord avec toi si on ne prenait qu’un seul exemple. Evidement que ne pas aimer un classique, et aimer une daube n’est pas dommageable. Chacun son expérience cinématographique comme tu dis. Non, le vrai problème, c’est pas qu’il a aimé Lucy, et détesté La Nuit du Chasseur (que je n’ai pas aimé non plus soit dit en passant). Le problème c’est qu’il dit du bien de Resident Evil, Aladdin, Ma Femme s’appelle Maurice, Les Profs 2, Pompéi, Abraham Lincoln : Chasseur de vampires, Divergente, The Bling Ring, Jupiter Ascending, … et n’est pas aimé Gravity, Mad Max Fury Road, Gone Girl, La Nuit du Chasseur, Vertigo, Autant en emporte le vent, 2001, Apocalypse Now, …. Si tu vois la nuance. On a chacun nos plaisirs coupables et nos démons, mais au fil des films, je pense qu’on voit peut voir une certaine tendance de ce qu’aime Durendal et de ce qu’il n’aime pas. Et c’est cette tendance là qu’on peut critiquer chez lui.
Tiens et sinon pour compléter ce point-là, j’ai vu hier sur une des listes du hater de sens critique, un argument plutôt intéressant qui disait que si Durendal avait besoin de s’identifier dans des personnages pour l’aimer, c’est qu’il avait encore le niveau d’un enfant. Ce qui est plutôt vrai, et ça s’étend même aux films. Comme toi avec Wong Kar Wai, j’ai un peu de mal avec certains des grands films de Orson Wells (Citizen Kane et Touch of Evil pour ne pas les citer) et pourtant ces films me fascinent par leurs réalisations et leurs mises en scène. Ce ne sont pas des expériences très agréable, je n’arrive pas à m’attacher à eux, et pourtant je pense que ce sont tout de même de grands films pour toute les thématiques et questionnement qu’ils contiennent.


Bref, tout ça pour dire que si Durendal peut être considéré comme un critique ciné (comme on peut en lire dans la presse généraliste), il ne faut vraiment pas voir plus en lui. Et je pense que le ras-de-bol de Mia vient de là. Durendal avec son nombre d’abonnés a une certaine « street-cred » malgré à un manque de légitimité, et associé avec sa prétention, ça fait qu’il a un grand nombre de détracteurs. Ce qui me parait plutôt logique pour le coup.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mer 30 Mar 2016 16:30 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Fév 2013
Messages: 78
Localisation: Incertitude
Donnie Darko a écrit:
L'argument qui revient le plus souvent pour critiquer Durendal est "Il n'aime pas ... donc il n'aime pas le cinéma", injonction péremptoire très douteuse. C'est quoi un cinéphile ? L'appréciation d'une oeuvre et d'un artiste ne détermine pas l'appréciation d'un art dans son entièreté. Kubrick = Cinéma, donc si Durendal n'aime pas Kubrick, il n'aime pas le cinéma. Je l'annonce d'emblée: il est possible (voire souhaitable ?) de ne pas aimer un classique. Il est humainement impossible de tout aimer dans l'art, et les critiques ou les réalisateurs sont les premiers à balancer des énormités grossières sur leurs collègues et leurs grands "classiques". N'oublions pas que Tarantino a dit qu'il préférait Psychose 2 au film d'Hitchcock et que Terrence Malick adore Zoolander. Donc cracher sur Durendal parce qu'il a apprécié Lucy me laisse perplexe. J'ai beau m'infliger chaque année In The Mood For Love, Moïse et Aaron, Sans Toit ni Loi ou Les Parapluies de Cherbourg, je ne peux pas m'empêcher de m'ennuyer ferme. Et pourtant Underworld, La Momie, Transformers et Troie sont des petits plaisirs coupables. Avant toute approche objective, une oeuvre d'art est d'abord une expérience personnelle. Je n'ai pas aimé la plupart de ses films, mais je reconnais évidemment le talent artistique de Wong-Kar Wai et sa place parmi les grands génies. Peut-être Durendal ne le fait-il pas assez souvent ? Je parlais de critiques plus hauts: saviez-vous qu'il existait des livres universitaires qui partagent les même idées que lui sur Star Wars et Adieu au Langage ? On présente Durendal comme un débile mental qui ne sait pas aimer un film à sa juste valeur, mais sait-on qu'il est le produit naturel d'un enseignement et d'une idéologie universitaire ? J'en doute.



Oui évidemment ça n'a aucun sens de dire "Il n'aime pas X donc il n'aime pas le cinéma", évidemment que c'est pas un crime de ne pas aimer tout les grands films... Ce qui lui est le plus reproché c'est surtout de raconté n'importe quoi sur des cinéastes ou sur le cinéma en général, et dès qu'on s'y connais un peu sur le sujet c'est très très flagrant.

Qu'il n'aime pas Adieu au langage, soit c'est parfaitement compréhensible. Qu'il fasse une vidéo ou tu sens bien qu'il a rien à dire dessus à part le comparer à une vidéo internet, qu'il ne maîtrise pas le sujet et qu'il se force à être toujours plus insultant envers Godard ça c'est critiquable. Le type se croit quand même capable de donner des leçons de cinéma à Godard pour ensuite nous apprendre que Dolan a révolutionné le cinéma...
Pareil lorsqu'il attaque la nouvelle vague sur des clichés à la noix ou qu'il vient te dire que la politique des auteurs c'est "un auteur ne peut pas faire de mauvais film" alors que c'est absolument faux. Encore mieux quand il s'attaque à Funny games US et qu'il ne démontre rien hormis le fait qu'il ne comprend rien au cinéma d'Haneke. Même quand il critique Aladin il arrive à être à côté de la plaque...

Alors oui il a le droit de s'extasier devant Lucy, maintenant si il dit que c'est génial parce qu'il y a un montage parallèle avec des prédateurs et que la fin part dans un trip ésotérique (alors que tout le film est bête et que rien ne sors de tout ça) on a le droit d'être perplexe.

Qu'on ait tous des films catégorisé comme mauvais que l'on affectionne c'est pas le soucis, l'important c'est l’ensemble de ce que l'on aime au cinéma, de savoir pourquoi on aime ça... Et c'est pour ça qu'il y a rien de grave a ne pas aimer certains films considéré comme des chef-d’œuvres, puisque de toute façon il y a plein d'autre truc intéressants... Mais durendal lui il vient te dire qu'Adieu au langage est une daube puis défends que My movie project est un des films les plus intelligent et audacieux de l'année parce que c'est une parodie des codes hollywoodiens...

Et on lui demande pas non plus de mousser des grands noms pour le fun, à ce titre son name dropping au début de la vidéo sur Autant en emporte le vent est particulièrement ridicule...

Puis Berthomieu c'est autrement plus complet que durendal...

Sinon je vois pas pourquoi on devrait avoir une approche objective d'un film vu que c'est très subjectif (edit: dans notre ressenti face au film), on peu reconnaître qu'une mise en scène est travaillé (edit: oui est en fait c'est la que l'objectivité intervient) sans pour autant aimer (c'est ce que tu dis sur Wong Kar Wai). Je veux dire l'important quand on voit un film c'est de prendre du plaisir (edit: ce qui n'empêche pas le film d'être mauvais), puis les goûts se travaillent et s'affinent au fil du temps et des visionnages... edit: ce qui permet d'éviter les mauvais film
edit 2: bof en fait je suis toujours pas satisfaite de ce point la, je pense que ce sujet mérite un débat à lui tout seul

Donnie Darko a écrit:

Durendal possèdes des qualités évidentes que la concurrence - InThePanda, Mr. 3D, etc. - n'a pas. D'abord, Durendal n'est pas consensuel, contrairement à un soporiphique Fossoyeur dont l'avis et le commentaire d'un film est toujours complice de sa réception générale. Oui, Durendal a préféré White Bird à Gone Girl, sortis la même semaine. Et alors ? Ensuite, Durendal est l'un des seuls à faire une analyse technique et pragmatique d'un film, à parler de l'échelle de plans, du format du cadre, de la marque de la caméra, du montage, de la musique, du son, de la structure d'un scénario, etc. Ce n'est pas étonnant vu son diplôme de l'ESEC, école de cinéma qui forme de futurs assistant-réalisateurs/scénaristes/cadreurs/etc. plus qu'elle n'enseigne l'histoire du cinéma, l'évolution des formes. En gros, il ne faut pas s'attendre à un doctorant qui étudierait l'Image-Mouvement redéfini par un montage tarkovskien. Si vous voulez une approche thématique d'un film (ses idées), allez ailleurs. De même pour des notions historiques de bases: vous n'allez rien apprendre de l'histoire du cinéma de la part du type qui affirme que Le Nouvel Hollywood a débuté avec Retour vers le Futur. Mais en soi ce n'est pas un problème puisque Durendal n'aborde pas ce discours.



Bof que durendal ne soit pas consensuel vu la qualité de son propos je trouve pas que ce soit une qualité. Sur internet il y en a des gens avec des avis intéressants et non consensuel donc de ce côté la durendal ne brille pas. Après c'est sur que par rapport à inthepanda vaux mieux regardé durendal mais bon nivelé par le bas aussi c'est pas top je trouve.

Pour le côté analyse technique c'est surtout du baragouinage... Alors certes il a des connaissances et il y va a cœur joie pour nous le montrer mais encore une fois il raconte n'importe quoi la plupart du temps. Oui c'est sur c'est pas lui qui va analysé le sens de la plongé chez Tarkovski.

Sinon je suis pas d'accord sa méconnaissance de l'histoire du cinéma et de ses mouvements est problématique, dans la mesure ou même si il en parle rarement, quand il en parle c'est nimportnawak. Rien que l'amalgame film d'auteur = film chiant est honteux surtout pour un type avec une tel audience, faut dire que la plupart ses fans absorbent ses paroles vu qu'il fait autorité pour eux...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mer 30 Mar 2016 19:11 
125 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Oct 2006
Messages: 912
Localisation: Ici.
Peut-être n'étais-je pas assez clair ? Je vais donc reformuler: la parole de Durendal ne vaut rien, donc elle ne mérite pas tant d'acharnements.

Durendal est aussi légitime que vous et moi en ceci qu'il n'est pas une figure canonique, d'autorité, sur le sujet qu'il aborde. Durendal n'écrit pas de bouquins, Durendal n'enseigne pas le cinéma, Durendal n'apparaît pas à la télévision, Durendal ne fait pas d'interviews dans les magazines, Durendal ne fait pas partie d'une institution qu'il aurait le devoir de représenter et dont il serait le porte-parole. Durendal, c'est mon voisin de palier avec une caméra. C'est tout. Sa présence sur Youtube ne valide ni n'invalide son prestige ou sa qualité argumentative, puisque Youtube est un moyen de communication démocratique (au même titre qu'un blog ou qu'un compte twitter) et non l'emblème d'une élite intellectuelle à laquelle on décernerait un droit de parole (comme le serait un diplôme ou un prix). Il y a des milliers de chaînes youtubes qui disent autant d'inepties que lui sur des centaines d'autres sujets, et ce n'est pas grave puisqu'elles sont sur Youtube, un site qui ne promet pas de critères comme Le Monde ou Gallimard. On pourrait créer une chaîne Youtube sur laquelle on cracherait sur Shakespeare et Balzac, ce n'est pas grave, puisque Youtube ne confère pas de valeur à l'avis du créateur.

Youtube représente le peuple: on y trouve du bon et du mauvais, du novice à l'amateur. Que cela vous plaise ou non, vous n'avez pas le droit de lui retirer son droit de parole, sa liberté d'expression. Durendal ne vole pas la place de quelqu'un sur le marché du travail (comme celle d'un critique compétent, par exemple), il ne tient pas de discours politiques qui inciteraient à la haine, bref, il n'est pas néfaste. Certes, vous avez tout à fait le droit de remettre en question sa prétention à tenir un discours illégitime sur un sujet que vous appréciez. Il n'empêche qu'il en a le droit et les moyens (caméra, lumière, micro, ticket de cinéma). Vous pouvez également vous soucier de l'influence qu'aura ce critique sur les personnes qui le regardent, mais cette question s'étend à internet lui-même !

Ce qui m'inquiète plus, au contraire, ce sont les mêmes inepties que je retrouve, elles, dans Télérama, les Cahiers, Positif, etc. Une erreur de jugement dans les Cahiers du Cinéma a bien plus de répercussions que celle d'un Durendal car le magazine est écrit par des personnes qualifiées, synonymes de qualité. Je me soucie bien plus de Positif qui n'écrit qu'une phrase pour le dernier Godard ("Adieu au Langage est un foutage de gueule XXL, une arnaque, le pied de nez ultime, après sa consternante installation à Beaubourg, d’un gourou sachant qu’auprès de ses adorateurs, l’élucubration passera pour un coup de génie."), film que je déteste au passage, mais qui se doit d'être adéquatement critiquée.

Je vais prendre un exemple plus connu pour exprimer mon avis: je n'aime pas du tout l'humour de Norman et de Cyprien. Je le trouve consensuel, non-engagé, asceptisé et à la ramasse. Et l'existence (voire le triomphe) de ces "comédiens" sur Youtube ne me dérange pas, ils ont leur droit d'être là et de s'exprimer. Maintenant, quand j'apprends que Norman fasse son film et des tournées dans toute la France, je commence à m'inquiéter... Appelez-moi lorsque Durendal passera sur Arté, je partagerais alors votre affolement.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mer 30 Mar 2016 20:05 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Changement d'angle d'attaque, mais je suis toujours pas d'accord.

Première chose, il ne me semble pas qu'à un quelconque moment Mia ou moi avons parlé d’empêcher Durendal de s'exprimer (du moins si je l'ai fait, c'est que je me suis mal exprimé (et je ne peux pas parler pour Mia)). Il me semble qu'ici c'était avant tout question de critiquer une manière de faire, pas de l'interdire. C'est questionnable, ça mérite réflexion, ça lui est préjudiciable moralement, mais évidemment il fait ce qu'il veut. Si jamais un jour il voit notre débat, ou entend un discours similaire de la part de quelqu'un. Il décidera d'agir en conséquence ou non, il fait évidemment ce qu'il veut.
Pareil, je ne pense pas qu'on l'accuse de piquer la place d'un autre plus talentueux. Il y en a plein, c'est vrai que c'est dommage de les voir avec un public inférieur à ce qu'ils méritent, mais bon #clavie. Bref, là n'est pas la question.

Ensuite, et là on rentre au coeur de ton erreur, pour moi, je trouve que tu prends Youtube bien à la légère. Le titre de la personne qui tient un discours n'est aujourd'hui important que pour faire un argument d'autorité. Et je pense qu'à l'inverse l'avis des Cahiers n'a pas plus de répercussion que ce que produit Durendal. Déjà car bon je me suis pas particulièrement renseigné sur les chiffres actuels des Cahiers récemment, mais je ne connais personne qui lis cette revue (et pourtant j'ai quelques connaissances cinéphiliques, m'inscrivant aussi dans cette mouvance). Donc, j'ai envie de dire qu'à part un public de niche, les Cahiers tout le monde s'en fout. Ou au moins notre génération s'en fout.
Par contre, Youtube, Allociné, Sens Critique, sont eux des sites qui ont un impact sur la génération actuelle. Sur une masse qui fait et défait le boxoffice français actuel. Tout est question de public, et quand on parle de vulgarisation/découverte ça l'est encore plus par rapport au public "jeunes", celui qui est en train de se forger ses goûts, et se créer une personnalité. Et dans ce sens là Durendal est en effet néfaste, pour les erreurs qu'il dit et affirme, pour la pseudo-légitimité qu'il essaye de se faire passer (étude de cinéma/volonté d'être réalisateur/le fait qu'il croit voir quelque chose dans le cinéma que le commun des mortels ne voit pas), ... mais aussi pour la vision du cinéma qu'il donne, et qui est très centré sur les films actuels américains ou populaire de référence, tout en disant que les classiques et les vieux films sont dépassé.
Je pense vraiment que ceci a bien plus d'impact que Positif qui pense que le dernier Godard est un foutage de gueule.

Et pour appuyer cet argument je vais reprendre ton exemple de Norman & Cyprien. Le problème avec eux, ce n'est pas qu'il marche, ce n'est pas le succès qu'ils ont. Le problème c'est ce qu'ils proposent : un humour bas de gamme, consensuel, et vide. Ce qui va habituer un certain public à cet humour, ce qui va avoir pour conséquence qu'on va de plus en plus se centrer sur cet unique humour fade.
Alors pour eux, ils sont peut-être un peu plus la conséquence que la cause (faut voir la gueule des humouristes populaires des 10 dernières années), mais franchement si tu penses que Pas très Normales Activités a fait plus de dégat que la chaine youtube de Norman, alors permet moi de te dire que je suis en profond désaccord avec toi.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mer 30 Mar 2016 22:26 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Fév 2013
Messages: 78
Localisation: Incertitude
Ce que tu dis c'était peut être valable il y a 50 ans, mais maintenant il y a internet. À l'apparition de chaque nouveau média s'accompagne une crise d'autorité et internet ne fait pas exception à la règle... On pourrait dire qu'il y a un évolution du mythe de Theuth.

Parce que c'est bien naïf de croire que les "youtubeurs" ne font pas figure d'autorité de nos jours, encore plus quand on voit leurs nombres d'abonnés... Il y en a même qui sont invités aux projections de presse. Puis comme le fait remarqué plus haut Houblon Warrior (moi je suis abonnée au cahier) , durendal et autres joyeux trublions ont limites plus d'audiences que les magazines que tu cites... Et le public de durendal reste quand même plus influençable, car moins renseigné, que des lecteurs de magazine spécialisé (bon il peut quand même y avoir des exceptions), ce qui accroît le danger...
Et puis même si tu te refuses à la reconnaître comme une autorité, le fait est là, ses fans le reconnaissent comme un critique digne de ce nom et s'abreuvent de ses paroles. Faut bien comprendre que sur internet le statut d'autorité s'illustre par l'ampleur de ton audience.

Et j'ai jamais contesté qu'il avait le droit de poster ses vidéos, puis youtube c'est la politique de ce qui ce vend le mieux, démocratie, capital, toussa toussa, mais la on s'éloigne du sujet (pas tellement en fait).

Qu'il y est des inepties dans des magazines écrit par des gens qualifiés c'est un autre débat, puis bon c'est pas nouveau non plus. Les cahiers et positif racontaient parfois n'importe quoi il y a déjà 50 ans...
Pour l'exemple que tu cites, on sait que les cahiers et positif c'est une grande histoire d'amour. Ils ont chacun leurs chouchou et attaque celui de l'autre pour de mauvaise (ou bonne) raison. C'est limite plus un running gag qu'autre chose (même si ça reste de mauvais goûts).

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Saga MP3] Le Démon du Rire/Le Cinéma de Durendal
MessagePosté: Mer 30 Mar 2016 22:51 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6950
Localisation: dans la lune
Citation:
Et je pense qu'à l'inverse l'avis des Cahiers n'a pas plus de répercussion que ce que produit Durendal. Déjà car bon je me suis pas particulièrement renseigné sur les chiffres actuels des Cahiers récemment, mais je ne connais personne qui lis cette revue (et pourtant j'ai quelques connaissances cinéphiliques, m'inscrivant aussi dans cette mouvance). Donc, j'ai envie de dire qu'à part un public de niche, les Cahiers tout le monde s'en fout. Ou au moins notre génération s'en fout.
heu... juste rapidement en passant, c'est très compliqué d'affirmer cela. Malgré tous les reproches qu'on peut faire à la revue, et malgré le fait que son lectorat direct est assez niche (mais ça a toujours été le cas des Cahiers à vrai dire), elle demeure prescriptrice à bien des niveaux. Il suffit de parcourir la liste des rédacteurs en chef (et adjoints) successifs, même les récents, de parcourir la liste des collaborateurs, même les récents, pour mesurer l'impact de la revue. En termes d'analyse, c'est aussi une maison d'édition proposant de nombreux ouvrages importants et des signatures de référence. Si je ne lis plus que très rarement les Cahiers, pour plein de raisons diverses qui font que j'y trouve plus mon compte, je retombe régulièrement sur des noms ou des titres qui m'y renvoient, encore aujourd'hui. Par exemple, si Argento est à la mode depuis quelques années, c'est parce que, en grande partie, Thoret en a beaucoup parlé, et qu'il a pu lui consacrer un bouquin, inévitablement aux Cahiers, dès 2002.

Du coup, ce genre d'assertion, pour estimer l'impact de discours critiques sur le cinéma, en comparaison avec certaines chaines Youtube, ça me laisse perplexe et me semble un peu naïf. On s'en fiche de savoir si un tel ou un tel à tant d'abonnés, et si ça parle plus à une nouvelle génération. Ce qui importe, c'est de savoir si ça a un intérêt dès lors qu'on s'intéresse un peu au cinéma. Des canaux de prescription de masse, il en existait avant Youtube. C'était une certaine presse généraliste, des radios, puis la télé, etc. Les Cahiers étaient déjà en marge de cela. Ils le sont encore, que la prescription de masse ait migré vers Youtube ne changeant au fond pas grand chose à l'affaire.

Après, personnellement, j'ai du mal à tenir plus de quelques instants sur la plupart des chaines Youtube dont il est question ici, hormis A Frame is a painting, et c'est surtout parce que la démarche d'analyse filmique à laquelle je suis sensible se trouve là appliquée à des œuvres auxquelles on ne s'attend pas forcément. Sans doute une question générationnelle effectivement, ou de formation (je préfère lire que regarder). Et j'ai de grosses réserve envers la critique institutionnelle par ailleurs (presse généraliste ou dite culturelle), que je trouve en général assez pauvre ou paresseuse, mais aussi parce qu'on n'est pas vraiment dans l'analyse (dernier exemple en date pour moi, une conférence d'un critique de Positif sur les Spider-Man de Raimi: c'était drôle mais ça tenait plus du show que de l'analyse et j'ai eu le sentiment de perdre mon temps). En gros, juste l'impression que beaucoup de tout cela ne s'adresse pas à moi, et ce n'est pas un souci en soi.

Sinon, puisque finalement j'en suis venu à poster sur le sujet:

Cinéphiles et cinéphilies (vous y trouverez le sommaire détaillé
Image

Qu'est-ce qu'un bon film? (notes de lecture sur l'ouvrage)


(oui oui, je suis un peu en boucle sur lui dernièrement. Mais en même temps son approche est en plein dans nos débats actuels)

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, [2]

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com