Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Split
MessagePosté: Sam 25 Fév 2017 23:56 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 18055
Localisation: Joker
Image
Split (2017)
par M. Night Shyamalan



Un homme souffrant de trouble de la personnalité multiple, et en abritant 23, kidnappe trois jeunes filles. Que veulent-ils ?


Quel excellent film !
J'avoue avoir été agréablement surpris : après une traversée du désert M. Night Shyamalan retrouve enfin une belle forme ! Sans être aussi incroyable que ses films de début de carrière, et pour un petit budget de 9 millions, nous avons avec Split un film de Shyamalan comme on peut les attendre : photographie impeccable, scène intense et qui font sens, économie dans les effets et parcours de personnages qui se révèlent à eux-mêmes.
La prestation de James McAvoy est impressionnante mais Anya Taylor-Joy l'est tout autant. Je ne la connaissais pas et c'est une des grosses surprises du film pour moi.

Quant à la fin :

Spoiler: Montrer
Nous avons donc un film qui se déroule dans le même univers qu'Incassable et M. Night Shyamalan a déjà annoncé son projet de faire un Incassable 2. Je ne sais pas si c'est une bonne idée mais cela a le mérite d'attiser ma curiosité avec Split, qui est un film miroir à Incassable, narrant la naissance d'un méchant apparemment.


Capture Mag a fait un podcast à l'occasion, revenant sur la carrière de Shyamalan jusqu'à Split :
http://www.capturemag.net/les-grandes-b ... pisode-17/

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Split
MessagePosté: Dim 26 Fév 2017 03:28 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Oct 2006
Messages: 876
Localisation: Ici.
J'ai adoré.

On est loin d'un Shyamalan vieux de la vieille (plans longs, musique féérique, cinématographie complexe, émotion décuplée) mais l'on assiste à un véritable renouveau artistique, cela est notamment dû à des collaborations géniales: James McAvoy, Anya Taylor-Johnson -dont la consécration dans The VVitch rappelle fortement The Village-, le chef-op de It Follows Mike Gioulakis, le costumier Paco Delgado, etc. dans un budget minuscule qui permet à Shyamalan de se confronter à de véritables problèmes qui le poussent à recourir aux talents de son équipe pour s'en sortir. Certes, le budget en peau de chagrin se voit légèrement à l'écran (gros plans dès que possible, succession de plans courts, etc.) mais elle est justifiée dans la thématique même du film (fracture humaine = plusieurs caméras et plusieurs points de vue).

J'ai même pas besoin de m'attarder sur James McAvoy qui crève l'écran. Le rôle était prévu pour Joaquin Phoenix au départ, et dieu merci il s'est retiré du projet.

Quant à l'écriture, j'avais rarement vu un film aussi fin et efficace depuis Hacksaw Ridge, dans lesquels la complexité des thèmes sont subtilement présentés grâce aux outils visuels (le rôle des vêtements m'a bluffé) et à une écriture en miroir (le thème du double étant évidemment présent, mais l'on peut multiplier les dualités entre chaque personnage au delà de Kevin et Casey). Shyamalan nuance toutes ses scènes en insufflant une tonalité étrange, qui oscille entre le rire et l'effroi, là où il se plantait carrément en s'y essayant dans Phénomènes et autres catastrophes. Un tel retour en force est rare et mérite toute mon admiration. Ca fait du bien. Burton, à ton tour.

Quant à la fin,

Spoiler: Montrer
Je suis très curieux de la suite, très enthousiaste mais aussi très inquiet.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Split
MessagePosté: Dim 5 Mar 2017 12:32 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mar 2012
Messages: 375
Je suis allé voir le film moins pour le réalisateur que pour le traitement de son sujet, le trouble dissociatif de l’identité. C’est un trouble rare - pour certains psychiatres il n’existe pas en tant que maladie, c’est ‘‘juste’’ du clivage qui s’intègre dans d’autres maladies - et pourtant il est très médiatisé depuis l’affaire de Billy Milligan qui a été, semble-t-il, la 1ère source d’inspiration de M. Night Shyamalan et qui fera l’objet d’une adaptation par notre cher et oscarisé DiCaprio.

Après avoir vu la bande-annonce je m’attendais à voir quelque chose d’assez spectaculaire et je n’ai pas été déçu par la performance de McAvoy, au contraire assez scotché par les gros plans sur ses expressions faciales et la rapidité avec laquelle il swtiche, mais aussi sa gestuelle et sa voix parfaitement maîtrisées, qui sont d’ailleurs pour moi plus parlantes que les costumes. L’acteur est tellement bon qu’il fait vivre ses personnages avec un sourire, un regard, une inflexion de sa voix, une simple posture, et rend finalement accessoires les costumes qui ont été stéréotypés au possible sûrement pour aider le spectateur à mieux assimiler au début du film.

Ce que j’ai préféré dans ce thriller, c’est davantage la suggestion que les démonstrations de violence.
Spoiler: Montrer
Par exemple j’ai trouvé très efficace le premier hors champ qui avait tout l’air d’un viol, aussi les signes de conflit intérieur quand les filles entendaient des bribes de discussions entre 2 personnalités. L’amnésie dissociative ne manquait pas à l’appel avec les trous noirs, les flashbacks, le déni… N’oublions pas les entretiens avec la psychiatre qui ne se laisse pas duper par Dennis, parce qu’elle sait, connait, a répertorié et systématisé les personnalités, et réussit à pressentir des incohérences là où l’on ne voit qu’un chaos identitaire. Je pense par exemple à une des premières scènes où ‘‘Kevin’’ oublie de récupérer ses dessins.


Il y a dans les 3 premiers quarts du film une approche qui se veut plutôt réaliste par rapport au cas Milligan et qui reste divertissante, entre gags et épouvante. La fin m’a un peu moins emballé
Spoiler: Montrer
parce que le choix du fantastique verse dans la surenchère et détruit toute forme de compassion -> ça devient un banal méchant de comics qui n’a jamais guéri de son traumatisme dans son enfance et qui a sublimé sa souffrance en force monstrueuse et absolument irrépressible. Mouarf.


Donc je suis un peu plus réservé quant à l’écriture, les personnages n’ont jamais été réellement développés, leur background sert seulement à justifier un caractère chelou (c’est la vieille recette du trauma dans l’enfance), ou alors les personnages se résument à des traits de caractère clichés qui sont l’apanage de toute bonne série américaine qui ne respecte pas.
J’ai tout de même bien apprécié le personnage d’Anya Taylor-Joy qui est la seule personne véritablement capable de neutraliser les jeux de manipulation orchestrées par les personnalités de McAvoy, et qui ouvre une brèche à l’empathie.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com