Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 59 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, [4]
Auteur Message
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Sam 16 Mar 2013 19:59 
40 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Oct 2012
Messages: 500
Tu n'a pas très bien compris ce que je voulais dire : je me demandais pourquoi avoir écrit ce passage sur les Tsaï Mandores et ne pas avoir fait directement Waygat s'écraser sur l'île ou il a parlé à Doflamingo (et faire apparaître Jacques et Hattori là-bas) ?

_________________
Fiché S


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Sam 30 Mar 2013 12:39 
1 Berry

Inscription: 30 Mar 2013
Messages: 4
Maitenant que je suis inscrit, je peux enfin commenté ma fic préfèré (Au meme titre que les Juges Pirates).
Cette fic m'est agréable sur tout les points sauf sur la baston et l'orthographe. Mais je reviendrais pour plus appofondir comme pour les Juges Pirates et le fruit de satan. J'espere d'ici la que tu trouveras un ordinateur car je suis impatient de voir la suite, ca sent l'action a en reveiller un mort !!!!

PS- Pourquoi ne met tu pas ta fic dans les presentation ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Mar 7 Mai 2013 15:13 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
Voici le chapitre V. Je l'ai écrit sur papier, comme les chapitres qui suit, en attendant d'avoir un ordi. En aillant un sous la main, je vous le propose donc.

@Tie:Toi qui m'avais dit que tu serais très présent sur le fofo... Enfin bref. Merci d'être passé. Pour la baston, t'en auras, t'inquietes pas :) Pour l'ortho', par contre...
Tie a écrit:
PS- Pourquoi ne met tu pas ta fic dans les presentation ?

Je ne sais pas.

@Zedkam: Je t'avais répondu en editant mon précédent message mais je ne sais pas si tu l'as remarqué. Dans le doute:
Le boss a écrit:
Edit: AAAAH !! Et bien, par envie j'ai envie de dire xD C'est vrai que ce n'est pas un passage important, il est même presque inutile (presque car...vous verrez :D) mais c'est comme ça :/


Tel avait été ma réponse. Mais en retravaillant mon scénario, ce petit passage n'est pas aussi inutile que ça, finalement. Je ne veux pas te spoilé donc je me stop ici x)

###


CHAPTER V


« -Jo…Joker ? Bégaya Jonathan. Mais c’est une blague ! Haha ! On n’a pas idée de faire plus con comme pseudo ! Haha !
-[Ferme là !] Fit l’escargophone dans le visage exprimait un sentiment de colère.
-Parlons business maintenant. C’est vrai que tu as réussi à causer un certain doute qui m’entraîne à accepter ton offre. Mais dis-moi, je serais rémunéré, n’est-ce pas ?
-[Bien sûr que oui]. Se contenta de dire Joker, le sourire revenu aux lèvres. [En centaine de millier de Berry même.]
-Suffisait d’le dire ! J’aurais directement accepté. J’suis un peu à sec en se moment.
-[Ha ! Et bien tu es engagé ! Vois ce qui concerne la mission avec Lucie, j’ai affaire à régler.] »

L’escargophone cracha un sec « goutcha » avant de s’endormir, reprenant sa forme basique.
Jonathan descendit lentement des escaliers avec de se dirigé vers Lucie qui avait déjà préparée ses affaires pour partir.

« -Euh…On va où là ? En plus j’n’ai pas d’affaire puisque je viens d’arriver. Tout se que j’ai est complètement mouillé.
-Tu as des affaires qui te correspondent assez bien dans ta chambre à l’étage. On part pour intercepter un colis plus ou moins important à la base du G-3.
-G-3…G-3. Cette base ne se situerait telle pas, pas très loin de Calm Belt ?
-Nous sommes sur Calm Belt. Souligna Lucie d’un ton posé. Aller, dépêche toi d’aller préparer te affaires. »

Jonathan n’avait pas vraiment prit conscience de se que venait de dire Lucie à propos de sa position et monta dans sa chambre pour préparer ses affaires. Il cria à travers le chalet pour demander combien de temps durerait l’excursion et la jeune femme habillée légèrement lui répondit qu’elle durerait trois jours. Par la suite, il prit différente fringue et les mit en boule dans un sac de sport noir qu’il portait en bandoulière. Il descendit après cela.

« -Bon ! On y va ou c’est comment ?
-Suis-moi, fit Lucie tout en enfilant un manteau assez lourd. »

Au parking du chalet, qui se trouvait à l’arrière, se trouvait un semblant de motoneige. Lucie l’enjamba avant d’allumer difficilement le moteur qui était givré.

« -Tu sais faire de la moto, toi ? Je pense qu’on va bien s’entendre.
-Aller, monte. Tonna-t-elle en donnait quelques coups de poignets sur l’accélérateur. »

Jonathan prit place derrière sa nouvelle coéquipière. Il mit ses bras autour de sa taille avant qu’elle ne parte au quart de tour en direction du port de l’île.
Ils arrivèrent au port après une longue heure de route à travers les hautes montagnes blanches du pays. Lucie gara sa motoneige dans un parking prévu à cet effet. Elle se dirigea ensuite, suivit de Jonathan, vers un marin qui se trouvait prêt d’un stand de location de bateau.

« -J’voudrais ce bateau à roue à aube rouge, m’sieur.
-Le Elisabeth ? C’pas n’importe quel bateau c’lui là. Il vous faudra au moins 100.000 Berry, mam’zelle. Fit le pêcheur à qui il manquait beaucoup de dents.
-A se prix là, il pourrait se refaire un bon dentier. Se moqua Jonathan.
-On prend. »

Elle tendit l’argent au vieil homme avant de prendre place sur le navire. Chacun des agents aménagea rapidement ses quartiers pour se retrouver sur le pont du navire.
Les premières heures de navigation furent longues et ennuyantes pour les deux acolytes, jusqu'à se que Jonathan lance la discussion. Discussion qui parti en vrille puisque les deux jeunes gens en vinrent aux mains.

« -Abrutis d’marine ! Va te faire pendre ! La prochaine fois qu’tu reparles de mon île comme ça, j’te bai…
-Tiens, c’est bizarre. Il n’y a aucun roi des mers. Remarqua l’ex-colonel en se penchant au-dessus de l’eau.
-Tu vas m’écouté ?! »

Le reste de la soirée se passa tranquillement, Jonathan et Lucie étant trop fatigués pour se battre sous cette pleine lune de printemps.

Le lendemain matin, c’est Jonathan qui fut réveiller le premier. Il alla prévenir sa partenaire que la base était en vue.

« - Eh, lève-toi. Il est 11 heures et la base est en vue.
-Gné ? »

Lucie se leva et prit une paire de jumelle qu’elle pointa vers l’horizon. La base du G-7 était effectivement en vue, mais quelque chose d’autre la perturbait.

« -Je rêve ou un homme est vraiment en train de courir sur l’eau ? Et vers nous ?
- Passe-moi ça. Fit Waygat. Effectivement, ce n’est pas normal... »

L’homme qui se dirigeait vers eux avait la main portée sur une épée qui se situait sur son dos. Il courrait à une vitesse si fulgurante qui son sillage laissait un énorme jet d’eau composé de million de petites gouttes.
Jonathan eu pour réflex de s’avancer vers la proue pour montrer à l’homme qu’il était près à ce battre. Ce dernier, une fois à quelques mètres du navire, fit un prodigieux bond. Wayagt le rejoignait rapidement grâce aux Pas de lune. L’homme qui courrait sur l’eau, qui avait l’allure d’un ninja, dégaina son premier katana. Le mouvement d’air provoqué par le mouvement du sabre fit une légère entaille sur le corps de l’ex-marine, allant de l’épaule gauche au niveau droit de son bassin. Le ninja, voyant que son assaillant avait baissée sa garde, prit appui sur se dernier pour se projeter encore plus haut. Il ferma les yeux en déposant sa main libre sur son deuxième sabre. Il resta ainsi pendant deux secondes avant de brasser l’air violement avec ses deux katanas. Deux vagues d’énergie de couleur verte et de taille impressionnante se dirigèrent verticalement au navire par rapport à la proue. Ne pouvant rien faire, Lucie mit ses bras sur sa tête pour minimiser les dégâts.
Les deux vagues tranchèrent le bateau sur la longueur, en trois parties distinctes.
Lucie semblait éviter tout contacte avec l’eau, quitte à être ridicule. Jonathan lui avait eut la mauvaise surprise de retomber sur une sorte de palme de turbine gigantesque en béton. Il comprit ainsi comment le ninja avait réussi à les rejoindre. Il se releva péniblement avant de s’apercevoir que l’épéiste avait disparut.

« -C’était qui s’bouffon ? Se demanda Jonathan en aidant Lucie à le rejoindre. Et pourquoi t’esquives l’eau comme ça ? T’as mangée un fruit du démon ?
-En plein dans le mille. J’ai mangée le fruit du… »

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’un bruit assourdissant se fit entendre.

« -C’est sûrement l’autre gusse qui est la cause de cette alarme. Intervint Jonathan.
-Pas grave, on y va quant même. »

Les deux agents ne perdirent pas de temps et ils coururent à vive allure en direction de la base.
Ils n’eurent aucun difficulté à grimper sur les attaches de la turbines, ainsi qu’à s’infiltrés dans la base, jusqu’en son centre. Ne voyant personne, Lucie décida de sortir une carte du G-7.
La carte représentait la base vue de haut. Elle ressemblait fortement à l’insigne du Gouvernement Mondial sauf qu’il manquait les quatre ronds qui se situaient aux quatre points cardinaux.
La base était séparée en quatre quartiers. Le Nord-est, le Nord-ouest, le Sud-ouest et le Sud-est. Chaque quartier était parsemé de centaine de bâtiment. La parti Nord-ouest avait une prison assez connu chez les pirates, sa parti Nord-est avait un bâtiment semblable à l’édifice central, bien que plus petit.

« -Je ne comprends pas, nous sommes pourtant au bon endroit. J’vais utiliser mon Haki pour voir…
-Laisse faire le professionnel, je te prie. »

Jonathan ferma les yeux et resta ainsi une dizaine de seconde, pour se concentrer. Au bout de se cours laps de temps, il ouvrit brusquement les yeux, déclenchant son Haki. Mais le résultat final ne fut pas celui attendu. Après avoir poussé un grognement sourd, il posa un genou au sol, ses mains étaient posées sur son crâne et du sang coulait dans une de ses narines.
Lucie était pliée en deux, tellement elle riait.

« -AHAHAH !! Un vrai débutant, j’vous jure ! Vu la concentration dans laquelle t’étais, t’as dû repérer des signes de vie à des dizaines de kilomètres à la ronde !
-Sa tante ! Pourquoi j’ai aussi mal au crâne !
-Je viens de te le dire, abrutis. T’étais trop concentré. Une telle dose se fait uniquement lors de l’apprentissage. Tu devrais cesser d’avoir mal d’ici une quinzaine de minutes. »

Suite à ça, Lucie prit les commandes. Elle fit remarquer à Jonathan qu’un important groupe de marine était quelque part dans le nord-est. Lucie invita par la suite Jonathan à la suivre. Ils prirent soin de ne pas se faire remarquer par les quelques marines qui trainaient dans le coin. Jonathan interpela Lucie car deux officiers semblaient parlés de la cause du regroupement.

« -Ces pirates ! Il fallait qu’ils attaquent le jour du transfère.
-Ouai. Ces hors-la-loi pourraient bien détruire le monde si ce coffret tombait entre leurs mauvaises mains ! »

A cette discussion s’en suivit une autre, avec un sujet qui intéressait nullement le binôme, qui reparti en trombe vers le regroupement.
Jonathan s’arrêtait régulièrement, s’appuyant contre les bâtisses. Son mal de crâne le faisait énormément souffrir.

« -Moi qui te prenait pour un vrai gars. T’es une petite fillette ma parole. Critiqua Lucie qui en avait marre des innombrables pauses de son partenaire.
-Ferme ta grande gueule ! Se contenta de dire Jonathan.
-Mais dépêche-toi ! L’objet de notre mission est en plein transfère !
-Donc tu sais se que contient se coffret ? Tu comptais me le dire quand, juste pour savoir ? Dit Jonathan qui se tenait de tout son long maintenant, les bras croisés, fixant durement un point lumineux qui se trouvait dans l'ombre d'une maison.
-J’avais oubliée. Ce coffret contient…
-Eh ! Vous deux !!! »

C’était un des marines qui parlait de l’attaque des pirates précédemment. Ce dernier pointait son fusil sur Jonathan, qui levait les mains.

« -Qui êtes-vous et que faites vous ici ?
-Jonathan Wayagt. Colonel du Quartier Général. Code de confirmation de l’Etat major : 0000-28-7676-4903.
-P…P…Pardon, mon colonel !! Fit-il en se courbant sans cesse. Comme nous sommes en pleine attaque, j’ai pensé que…
-Ça va, ça va. Je passerais l’éponge dessus. Retourne à ton post maintenant. »

Le marine se courba encore six fois avant d’obéir aux ordres du « colonel Waygat ».

« -J’en revient pas. Ça a marché. Ils sont paumé sur cette base ou quoi ? Ils ne savent même pas que je suis passé en cours martiale ?
-Bravo mais ce n’est qu’un détail. Allons-y. »

***

Port Nord-Est

« -Sergent-chef Toozeu au rapport ! »

Un homme de taille et de corpulence moyenne se maintenait en garde-à-vous. Malgré son grade, cet officié était habillé comme un simple soldat, bien que pour se démarquer de ceux-là, il portait une veste en cuire où il y avait écrit « sergent-chef toozeu ». Toozeu faisait face au dos du siège luxueux et rouge d’un homme.

« -Et que me veux-tu, sergent-chef ?
-Je viens vous informer que le transfère du coffret sera retardé à cause de l’attaque pirate, mais nous maitrisons la situation.
-Et où sont les deus gusses qui sont censé être au bâtiment principal ? Continua l’homme de sa voix caverneuse.
-Nous n’en savons rien, vice-amiral Ahmed ! »

Le sergent-chef resta derrière le bureau de son supérieur, attendant la réponse. Comme celle-ci attendait, le sergent-chef eut la réaction puérile de faire des singeries dans le dos du vice-amiral.
En ayant marre au bout d’une minute, il décida d’observer le spacieux bureau de son supérieur. Sa pièce était circulaire, les murs étaient recouverts de velours rouge. Le sol était de la même couleur que les murs, bien que la matière ne soit pas la même. Le sol était couvert par une épaisse moquette qui cachait pratiquement toute la semelle du sergent-chef. De nombreux meubles sur mesure étaient coulés aux murs, ils arboraient tous la couleur douce qu’est le beige foncé. Sur la plupart des meubles trônaient des récompenses, montrant ainsi que le vice-amiral Ahmed n’était pas qu’un simple haut-gradé avide de luxe et de pouvoir.
Bien qu’il y trois lustres en or au-dessus de ça tête, Toozeu était ébloui par la chose qui se trouvait face à son supérieur. Une gigantesque baie vitrée, faite en plexiglas, lui garantissant ainsi une protection contre les boulets de canons lorsqu’il était hypnotisé par la vue qui s’offrait à lui.
Mais alors que le sergent-chef s’apprêtait à fouiller dans les tiroirs, le vice-amiral lui fit signe de sortir de son bureau, en levant la main.

« -Qu’est-ce qu’il a dit ? Demanda un marine alors que le sergent-chef Toozeu venait à peine de sortir
-Que tout se passait comme prévu »

Toozeu sortit du bâtiment personnel du vice-amiral qui se trouvait dans les quartiers nord-est de la base. Il se dirigea rapidement vers le port de cette zone pour y suivre l’avancement du transfère ainsi que pour aidé le mieux que possible.

***


Jonathan et Lucie se tenaient devant un grand bâtiment avec écrit dessus « bâtiment du vice-amiral Ahmed » en gros caractère blanc. Aucun des deux agents ne fient attention au fait que l’écriteau stipulait la présence d’un vice-amiral dans les parages. Jonathan était bien trop occupé par son mal de tête et Lucie par la lenteur de ce dernier. Ils arrivèrent finalement au port et eurent comme première réaction de se cachés derrière plusieurs maisons.

« -Alors, on fait quoi ? Fit Jonathan dont le mal de crâne avait disparut.
-On va devoir leur chiper le coffret noir qui se trouve dans la vitrine.
-Et qu’est-ce qu’il contient ?
-J’te l’ai pas dit ? Il contient le me… »

BOUM !! Une énorme explosion éclata depuis le bâtiment qui appartenait au vice-amiral Ahmed. Les pirates avaient utilisées un canon spécial. Ce dernier était si puissant que la force du recule fit reculer le navire d’au moins deux cents mètres.

« -La vache ! Le proprio’ du bâtiment doit être furax !
-C’est le moment Jonathan ! Ordonna Lucie en sortant de sa cachette.

Elle s’attaqua aux marines qui étaient encore abasourdies. Des coups de pieds, de têtes et de poings volaient dans tout les sens. Lucie fut vite rejointe par Jonathan qui envoyait des Pieds ouragans dans la mêlée.
En entendant des cris, le sergent-chef Toozeu couru pour voir d’où provenait le bruit. Il arriva rapidement en face des deux agents.

« -Mais vous êtes qui vous ?! Qu’avez-vous fais à ses hommes ?! J’appel de suite le vice-amiral de cette base !
-Jonathan Waygat. Colonel du Quartier Général. Code d’affiliation : 236-489. Je voulais voir s’ils étaient en état de réaliser leur mission. Menti une nouvelle fois Jonathan
-Veuillez m’excuser, ainsi que leur incompétence. Nos meilleurs hommes sont actuellement- sur une île voisine pour un cas de force majeur.
-Pas de soucis. Mais avant que j part, pourriez-vous m’expliquer le fonctionnement de cette turbine ? Je n’en ai jamais entendu parler.
-Eh bien en faite, ce système a été construit il y a deux ans, pour repousser les rois des mers trop curieux. En temps normal, les palmes de la turbine dégagent une odeur très désagréable pour les animaux marins. Mais lorsque une bestiole s’approche un peu trop, un système d’alarme actionne la turbine. Elles s’enfuissent légèrement dans l’eau et tournent. Expliqua simplement le sergent-chef tout en parlant avec ses mains »

Après cela, Jonathan le remercia en l’assommant. Il se dirigea vers le coffret suivit de Lucie qui était heureuse rien qu’à l’idée que cette mission fusse facile.

« -Tss ! Trop facile. Admit Jonathan tout en commençant à ouvrir le coffret.
-Beaucoup trop fa… »

Alors que le coffret était entièrement ouvert, un gaz épais et verdâtre s’en émana, faisant tomber immédiatement les deux agents. Jonathan luttait tant bien que mal pour ne pas s’endormir mais un grand homme au teint orangé se mit à sa hauteur en s’accroupissant. Tout en lui souhaitant de beau rêve, il lui décocha une bonne droite qui propulsa Jonathan dans les bras de Morphée.

###


Franchement, je ne suis pas archi fière de se chapitre, je trouve qu'il n'y a pas assez de "moi" là-dedans. Je vous laisse donc juger et merci d'avoir lue :baggyvictory: :baggyvictory: :baggyvictory: (<-- Ce smiley est officiellement mon smiley préféré).

/!\Pépin/!\: J'avais prévu un petit bonus sympas, genre carte des lieux et tout le bordel mais à cause d'un problème technique, je ne peux malheureusement pas vous éblouir avec mes talents de dessin. J'essayerais donc de chercher ça et là des solutions pour vous le donner.

A la prochaine !

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Dernière édition par Gangster Gastino le Jeu 28 Nov 2013 13:06, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Sam 8 Juin 2013 10:37 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
Suite à une petite combine, j'ai put poster se chapitre. D'autant plus que j'ai du le réécrire à moitié ayant perdu le chapitre papier.

###


CHAPITRE VI

Jonathan se réveilla en crachant un liquide épais et chaud au gout métallique. Sa bouche était pleine de sang. Sa langue le lançait énormément, lui faisant serrer durement la mâchoire.
Il regarda rapidement autour de lui. Ses bras étaient attachés à de grosses chaînes elles-mêmes attachées au mur avec un certain écart. Jonathan se trouvait dans une cage plutôt spacieuse où les barreaux laissaient apercevoir un pièce circulaire au mur rouge. L’ex-marine chercha Lucie du regard avant de la trouver juste à côté de lui, dans un état nettement bien meilleur que le sien.
Son attention se reporta sur le bureau spacieux et circulaire dans lequel il était. Légèrement à sa droite se tenait un homme affalé sur son luxueux fauteuil rouge. Ce dernier, voyant Jonathan réveillé, se leva et alla en direction de ses prisonniers.

« -Bien dormis, la marmotte. Commença-t-il d’une voix presque joviale.
-Qu’est-ce que tu m’as fait pour que j’saigne autant ?
-Oh ! Ça ! Ce n’est qu’une méthode pour réveiller des prisonniers considérés comme très dangereux que j’ai apprise au Q.G de la Marine. C’est très simple, vois-tu. Fit le geôlier en commençant sa démonstration dans le vide. Tu places la langue de ton taulard entre ses propres dents, tu les renfermes lentement pour ne pas qu’elle s’enlève. Tu maintiens le haut de son crâne avec une main et de l’autre, tu lui fous un bon uppercut. Avec toi, il m’en a fallut cinq. »

Jonathan ne voulait pas montrer le fait qu’il souffrait, cela réjouirait trop son adversaire.

« -J’aimerais te poser quelques questions, à toi et ta petite copine. Que faisiez-vous ici ?
-Vu que nous avons été piégés, je pense que tu le sais très bien. La vrai question est de savoir comment avez-vous sut que l’on viendrait. Répondit simplement Lucie.
-Héhé, j’vais être franc avec vous. Nous avons une taupe chez vous »

Le vice-amiral retourna s’asseoir sur son luxueux fauteuil rouge. Il prit un petit carnet de note qui semblait contenir un résumé du dossier qui se tenait devant lui.

« -Jonathan Waygat. Ex-colonel de la Marine suite à un passage en cours martial pour menaces à arme blanche sur civils et marines, destructions de bien personnel de civils et marines, atteintes à la vie privée de civils et marines, destruction massives d’enceintes gouvernementales et j’en passe des plus belles.
-Sacré C.V ! Ironisa Lucie en adressant un sourire moqueur à Jonathan.
-Il est décrit par ses supérieures comme étant le plus grand fauteur de trouble de la Marine malgré de bon talent, dont la maîtrise des armes, continua le vice-amiral. Aurait dut être promus sous-amiral s’il était plus strict envers le corps militaire. Fils d’Hector Waygat, ex-officier depuis l’incident de l’île de Zuii. »

En entendant qu’il y avait eu un incident sur l'île qui lui était chère, Jonathan en eut le souffle coupé. Ses yeux noirs étaient grands ouvertes, laissant un regard vide. Son cerveau avait arrêté de fonctionner, le déconnectant du monde réel.

Il se trouvait dans une grande salle où tous les murs étaient noyés par des tonnes d’images, représentant ça et là les souvenirs qu’il avait de Zuii. Il s’approchait lentement du mur qui lui faisait face, il s’agissait ici des habitants de la ville, y compris ceux qui le détestait. Il pouvait nettement voir le vieux Dano, qui lui racontait toujours des énigmes, il pouvait aussi voir Falco, un jeune d’une vingtaine d’années qui lui lançait toujours des défis extrêmes. Il voyait aussi Taurus le taureau qui lui racontait ses fabuleuses histoires avec une morale assez incompréhensible à la fin, ou encore le fou du village, qui vivait avec les animaux et qui se prenait pour un paon.
Lorsqu’il se déplaça sur sa gauche, Jonathan vit un mur consacré à ses amis. Même après être devenu marine, il continuait à leur rendre visite au minimum deux fois par mois. Hinna, Sam, Carl, Paco, Diego, Edward, Melissa. Tous ses noms résonnaient dans sa tête, même celui de Huishoshii, le garçon qui avait disparut après son départ. Il aurait rejoint la Marine lui aussi selon les dires. Chacune de ses personnes avaient une anecdote en commun avec Jonathan. Que se soit le fait d’avoir maté des femmes nues avec Diego, d’avoir brûlé la foret de Sherwood avec Sam, d’avoir volé la Sorcière bleu avec Melissa ou encore d’avoir échangé son premier baisé avec Hinna. Tous ses amis d’enfance resteront dans son cœur.
Sur le mur qui se situait encore à gauche se trouvait les images de ses parents, de sa sœur et de ses deux chiens. Enfin celles de son père, sa sœur et ses deux chiens. Ne vivant pas sur Zuii, le subconscient de Jonathan avait jugé qu’elle ne devait pas faire partit de l’incident, bien que cela fasse plusieurs années qu’il ne l’a pas vu.
Sur le dernier mur, les images étaient floues. On ne voyait qu’une masse beige. Jonathan s’approcha alors encore plus mais au moment à sa visibilité s’améliorait, un feu jaillit de nulle part et vint brûler tout les images. Le sol se déroba sous ses pieds, l’éloignant encore plus de ses souvenirs jusqu’à le reconnecter dans le monde réel.

En revenant à lui, il prit une grande inspiration, comme s’il manquait d’air. Se qui semblait avoir durée une dizaine de minute pour Jonathan, une dizaine de seconde s’étaient réellement passé.
Le vice-amiral le regardait d’une façon intrigante, avant de geindre un faible ricanement, ricanement qui se transforma en un éclat de rire inexpliqué.

« -Tu n’es donc pas au courant de se qu’il s’est passé sur son ton île natale ?! Ce n’est pourtant pas récent.
-Dis-moi ce qu’il s’y est passé !
-Après tout, c’est normal que tu n’en sache rien. Faisant partit de la Marine, tu portais peu d’intérêt à ses affaires.
-Chacun touche à son cul, nan ? Répondit nerveusement l’ex-marine.
-Tant pis pour toi, tu apprendras se qu’il s’est passé d’une bouche autre que la mienne. J’ai des pirates à chasser. »

Il se leva de son fauteuil pour observer la fumée qui provenait du trou de son bâtiment, causé par les pirates. Il resta ainsi, devant la baie vitrée, une poignée de minute, les mains derrière le dos. Il portait un costume trois pièces entièrement blanc. Sa veste était accrochée à un porte-manteau, aussi que son manteau d’officier supérieur. Son gilet blanc était recouvert d’un large ruban en bandoulière jaune où y trônaient beaucoup de médailles. Sa chemise, tout aussi blanche, avait les manches retroussées, laissant voir les larges avant-bras légèrement orange, poilus et musclés de vice-amiral Ahmed. Cette dernière, ainsi que le gilet, semblait être sur le point de craquer sous l’immense masse musclées du vice-amiral. Son pantalon blanc ne laissait paraître aucun mauvais pli. Les chaussures du haut-gradé, d’un cuire blanc et soyeux, avaient les semelles cachés par le haut pelage rouge du tapis.
Il se retourna brusquement vers ses prisonniers, s’avançant vers eux.

« -Bon, j’ai affaires à régler. On se dit à tout à l’heure. »

Il arrangea rapidement sa cravate noir, suivit de sa ceinture en cuire noir avant de partir en prenant seulement son manteau de vice-amiral.

« -Bon. Ça te dit de te barrer d’ici ? Entreprit Jonathan en cherchant activement de la tête les clefs de ses menottes.
-Ne t’inquiète pas. Les menottes ne sont pas en granite marin, aucune difficulté à m’en débarrasser.
-Avant d’le faire, dit moi ce que devait contenir le coffret.
-T’es saoulant avec ça. D’abords je nous détache, je soigne ta langue et enfin je te dis tout se que tu veux savoir, ok ? »

Mais alors qu’elle s’apprêtait à utiliser le pouvoir qui l’avait maudite des eaux, une grosse explosion fit voltiger la porte de bureau du vice-amiral. Une dizaine d’hommes y entraient en poussant des cris de rage, prêt à l’assaut. Ne voyant personne, ils rebroussèrent chemin jusqu’à ce qu’un des leurs signale la présence de Jonathan et Lucie.

« -C’est vous, les pirates ? Questionna Lucie
-Ouep ! Fit l’homme qui semblait être le mentor. Nous sommes les pirates répondant au nom des Glasgow Pirate, mené par notre sublime capitaine pirate, Nico Teen l’arracheur d’ongle ! Sa tête est mise à prix pour 100 millions d’berries ! Tremblez !
-Oui, oui, oui. Mais dites-moi, pourquoi avoir attaquez la base la plus protégée du monde ?
-Parce qu’actuellement, il n’y a que des bleus sur la base, suite à un incident provenu pas très loin d’ici. Mais même avec ses débutants, la tâche est ardue. Nous avions prévu de nous emparez de la base mais comme c’est bien trop risqué, nous avons décidez de la détruire partiellement. Vous êtes qui ?
-Nous ne sommes que des voleurs de bouffe. Mais on s’est fait attrapé. »

La dizaine de pirates présentent sur les lieux rirent de manière exagéré pendant un bon quart d’heure de ne penser qu’à arrêter.

« -Bon, j’ai un deal à vous proposer. On vous délivre et vous nous aidez à détruire la base. Vous refusez, une balle établira domicile entre vos deux yeux.
-On prend, fit Jonathan »

Après avoir mit une dizaine de minute à chercher les clefs, les Glasgow Pirates délivrèrent les deux agents.

« -Vous, vous vous occuperez de détruire se bâtiment. »

Les Glasgow Pirates partirent sans demander leur reste. Ils furent suivit par la suite par Jonathan et Lucie qui avaient jugés plus efficace de détruire le bâtiment de l’extérieur, plutôt que de l’intérieur.

« -Bon. Va falloir s’y mettre à fond pour détruire ce truc ? Tu penses pouvoir le faire toute seule avec ton fruit ? J'ai un peu la flemme perso.
-Oui, mais cela prendrait beaucoup trop de temps. De plus, tu risques d'être déçu par mon pouvoir.
-Ah, je vois. T'es faible, donc. »

La jeune femme punit l'ex-marine en lui faisant pousser une bosse sur son crâne.
Elle se plaça par la suite devant son compagnon, retroussant ses manches. Elle plaça ses mains de sorte à ce que ses paumes soient collées. Par la suite, ses bras devinrent pâteux et prirent une teinte marron, ce qui étonnait grandement Jonathan. Lucie modélisa un canon grâce à son fruit et le plaça sur son épaule droite.

« -Je ne pense pas que ce soit le fruit de la chiasse comme il n'y a pas d'odeur. Je pencherais donc pour...
-...le paramécia du chocolat, coupa la dénommée Padgref. Je l' mangée à mes neuf ans.
-Et dit moi ! Tu peux faire du chocolat blanc ? Tu peux changer la température de ton chocolat ? Et est-ce qu'il est comestible ?
-Je peux faire trois sortes de chocolat. Je peux changer la température grâce à mes entraînements et oui, il est comestible. »

Pour le lui prouver, la maudite des flots lui créa une tablette de chocolat blanc que Jonathan s’empressa de manger avant de suggérer de démolir le bâtiment.
Jonathan envoyait des pieds ouragans à tout va et Lucie des rafales de boulets de canon au chocolat plus dur que l'acier.

« -Au fait Jonathan, pourquoi ne t'ais-tu pas battu à fond contre le Chapeau de paille sur Sabaody ? Tu aurais pu le laisser dans un état beaucoup plus critique.
-Je sais mais je n'étais pas dans un bon jour. »

L'ex-colonel ne chercha pas à savoir comment Lucie connaissait les détail du combat, il était concentré sur le point lumineux rouge qui se trouvait dans le ciel. Lucie fit remarquer à Jonathan qu'il s'agissait du signale que les Glasgow Pirates devaient envoyer leurs éphémères alliés.
Les deux compagnons ne perdirent pas de temps et se dirigèrent vers le signale lumineux, laissant le bâtiment à moitié détruit.
Ils durent traverser la moitié de la base ainsi que son équivalent mais sur la palme Est de l'hélice. Le duo put même voir qu'une prison avait été construire sur cette palme.
Ils arrivèrent finalement sur le bateau où ils furent directement menés dans la cabine du capitaine, en passant par de long escaliers. Ils se trouvèrent devant un homme entièrement habillé d'une longue robe ample à manche de couleur blanche. Son visage était lui caché par un casque de chevalier qui finissait en pointe.

« -Vous voilà donc, Jonathan Waygat et Lucie Padgref. Prononça lentement l'homme dos au duo. »

Lucie avait froncé lors de énonciation de son prénom. Serte elle avait une prime, mais elle était du genre discrète. Peu de pirate la connaissait, et encore moins les petits. La maudite des eaux adapta automatiquement une attitude de doute envers le personnage.

« -Qu'est-ce qui vous as pris de vous attaquez à la base la plus sûr du monde ? Osa questionner Lucie
-J'avais une petite envie de posséder un Q.G.
-Vous êtes sûr ?
-Mais de quoi j'me mêle ! Intervint Jonathan. S'il te dit qu'il voulait un Q.G, sait qu'il en voulait un !
-Ne t’inquiète pas, j'aime les femmes curieuses.
-Au faite, tu ne déposes sur la prochaine île, se serait sympas.
-Ah oui, j'oubliais. Vous faites intégralement partit de l'équipage. »

***


« -Tss ! Ces pirates, tous des lavettes !! »

La simple arrivés du vice-amiral Ahmed fit fuir les navires attaquants. Ce dernier regardait l'horizon, les mains dans les poches. Il se dirigea ensuite vers son bâtiment qui était pratiquement détruit. Une large veine apparu sur son front à la vue d'un tel désastre. Le vice-amiral se posa devant ses quartiers avant de lui même le détruire entièrement, d'un seul direct du droit. Il se retourna ensuite brusquement en se dirigeant vers le bâtiment principal, accompagné du sergent-chez Toozeu.

En entrant dans le gigantesque bâtiment, les deux marines se dirigèrent le long des murs blancs vers une salle du nom de « salle de contacte ».
C'était une énorme pièce entièrement blanche. Elle était très spacieuse et presque toute la lumière de cette salle émanait de grosses lampes placés haut dans sur le plafond. Il y avait de beaucoup de d'escargophones posés sur différent bureau.
Le vice-amiral et le sergent-chef se dirigèrent vers le seul bureau occupé par un marine qui essayait de contacter Marijoa.

« -Allô ! Ici la base du G-3 !! Demande autorisation pour mettre des primes à de dangereux pirates qui ont envahient la base ! Jonathan Way...
-Qu'est-ce que vous d...crrrrich...tend très m...crrrrrich... ! Veuillez répét...crrrrrich... !
-Nous demandions si nous pouvions mettre des primes sur..., continua le marine avant de se faire couper.
-On ne compr...crrrrrich... ce que vous nous di.... crrrrrich... !
-Rupture de communication. »

Le vice-amiral qui était venu exprès pour cela fut un peu déçu.

« -Sergent-chef Toozeu, peux-tu me dire pourquoi tu as laissés les deux campèrent s'en aller ?
-Pardonnez-moi d'avoir échoué dans ma tâche mais nous étions attaqués de partout.
-Ce n'est pas grave. Je suis sûr qu'ils rencontreront un haut gradé de la Marine sur leur chemin, toutes les troupes sont de retour. Y compris celles d'élites. »

***

« -Je ne lui fais absolument pas confiance Jonathan !! »

Lucie faisait part de ses doutes à Jonathan dans leur ridicule chambre. Elle ne contenait qu'un lit d'une place, quelques couvertures, une minuscule armoire et un bureau.

« -C'que t'es pessimiste. Tu vois vraiment le mal partout toi.
-Jonathan, crois moi ! L'instinct d'une femme n'a pas besoin de faire ses preuves !
-Bref. Avant tout, tu vas me dire ce que devait contenir le coffre maintenant.
-Ah, oui. Je vais te dire ce que contenait se coffret. Ecoute bien ça je ne le répéterait pas. Tu vas vraiment être surpris en entendant ce que je vais te dire. Le coffret devait contenir le... »

Lucie fut une nouvelle fois interrompu par un boulet de canon qui vint s'écraser dans leur cabine, propulsant les deux acolytes dans les recoins de la minuscule pièce.

« -MARINE EN VUE !! LA MARINE NOUS ATTAQUES !!»

###


Bonus Zone:
Spoiler: Montrer
Voici donc le bonus que je devais vous mettre le chapitre précédent. Désolé si la deuxième image est mal faite visuellement mais c'est de la faute de l’hébergeur (si, si !!). Cliquez sur l'image pour voir en plus grand.
Base vue de haut:
Image
1: batiment principal
2: port nord-ouest
3: port nord-est
4: port sud-est
5: port sud-ouest
6: prisons
x = bateau de John' et Lucie (en morceau)
x = navire Marine
—> = direction navire
◽ = batiment regroupant plusieurs marines
7: quartiers du vice-amiral

Base vue de face:
Image


Personnellement je trouve se chapitre médiocre puisque je l'ai écrit à la va-vite. Ensuite, la taille de ce chapitre met inconnu puisque je l'ai directement écrit sur la Volonté, étant sur iPad.
Quoiqu'il en soit, je vous remercie d'avoir lu et on se dit à dans trois semaines maxi, avec un chapitre parsemé de dialogue ;)

Ciao :baggyvictory: :baggyvictory: :baggyvictory: !!!

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Dernière édition par Gangster Gastino le Jeu 28 Nov 2013 13:06, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Sam 8 Juin 2013 21:08 
40 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Oct 2012
Messages: 500
Un "chapitre médiocre" ? T'es pas un peu malade ?! Ce chapter est super ! A part la fin qui se sent un peu écrite a l'arrache, tout le reste est super. Ton rythme de parution est peu soutenu mais ton histoire palplitante. Une fanfiction très originale, ça change un peu des 250 fanfic ou un garçon de 18 ans s'élance sur les mers en tant que pirate après avoir mangé un Fruiit du démon.
Tes persos sont bien foutus, tes descriptions son pas mal. Une histoire vraiment bien ficelée qui, je l’espère, continuera longtemps !
J'attend avec impatience la suite !
A+ sur le forum !

_________________
Fiché S


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Dim 9 Juin 2013 14:42 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
Merci beaucoup d'être passé Zedkam ! Je trouve ce chap médiocre parce que je n'ai pas réussi à placer le contenu du texte original ^^
Pour le rythme de parution, et la je m'adresse à tout mes lecteurs, sachez que ce dernier devrait (ne donnons pas de conclusion active) nettement s'améliorer puisque j'ai remis la main sur mon iPad et que j'ai pas mal de chapitre d'avance. Sur ce, à la revoyure !!

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Dim 16 Juin 2013 17:37 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
Etant tombé dans un océan de bonté, je décide de poster la suite aujourd'hui. Merci de garder les fleurs et les bisous pour plus tard.

###


CHAPTER VII

« -JE RÉPÈTE !! NAVIRE DE LA MARINE EN VUE ! NAVIRE DE LA MARINE EN VUE !! Hurlait une voix depuis l’escargophone-parleur »

Jonathan se leva lentement, les mains scotchées à ses deux oreilles. Il réveilla Lucie en lui donnant quelques gifles. Une fois fait, ils montèrent sur le pont. Là-haut, tous les hommes de l’équipage étaient prêts à défendre leur navire. Lucie, qui avait été touchée par des débris de bois au niveau de l’épaule droite, fut amenée à l’infirmière, laissant Jonathan seul.

Sur le navire de la Marine, une silhouette se dessinait sur la proue composée de trois canons. A mieux regarder, c’était une femme semblant avoir une trentaine d’années à tout casser. Elle avait le même teint chocolat que Jonathan. Ses cheveux noirs étaient attachés en chignon, sauf deux mèches qui encadraient son visage doux et maternel. Cette femme portait un débardeur rouge sang qui gonflait sa poitrine. Comme bas elle portait un pagne avec comme motif le pelage d’une girafe, qui lui arrivait aux chevilles. Une petite fente était placée le long de sa jambe droite, lui permettant ainsi plus de mouvement.
Cette femme regardait avec mépris les pirates qui se dressaient devant elle, jusqu’à se que son regard crois celui de Waygat.

« -Mais qu’est-ce tu fous là, Jonathan ? »

Des larmes vinrent perler les joues de l’ex-colonel, lui brouillant ainsi la vue. Il n’en revenait pas, cette femme qu’il cherchait depuis plusieurs années se tenait devant ses yeux. Aucun son ne sortit de sa bouche, bien qu’elle soit grande ouverte. Finalement, il courut jusqu’à la tête de proue, prit appui sur la tête de chevalier qui ornait le bout du bateau et tenta un saut en longueur vers le navire ennemi, en utilisant des « pas de lune ».

« -Finger Splash Gun. Fit l’officier de la Marine d’une voix presque hautaine »

Elle leva son poing vers Jonathan et fit un mouvement d’éclaboussure en ouvrant violemment ses doigts. Cinq « fingers gun » vinrent se loger avec brutalité dans l’abdomen de Waygat, le propulsant ainsi sur le mat du navire pirate.

« -Aller les gars, gazez-moi tout s’bordel. On les amène à la base. »

Instantanément après, une pluie de tonneau vint s’écraser sur le pont du navire, dégageant un gaz soporifique verdâtre.

« -Maman ! Pourq…Zzzz… »
***


« -Jonathan W. Arsher, réveillez-vous !
-Hein ? C’est qui se gusse, pensa Jonathan qui se faisait secouer tel un pommier par un marine.
- La vice-amiral Arsher vous attend dans son bureau.
-Je ne suis pas… Zzzz… Je ne suis pas Djonathanne Deubeulyou Artcheur… Zzzz… »

L’officier le sortit de sa cellule commune, le mit sur ses épaules et l’amena dans le bureau du vice-amiral.
Il le déposa lourdement sur une des deux chaises que se trouvait devant le bureau avant de partir. Le vice-amiral qui se tenait devant lui, lui fit boire un liquide énergisant, enlevant ainsi toute fatigue de son corps.

« -Qu’est-ce que tu m’veux, sale traîtresse !
- Excuse-moi pour tout à l’heure mais je voulais t’humilier devant tes copains. Hihihi ! Se moquait l’officier.
-Vachement drôle. Et qui est ce W. Arsher ? Le blaireau de tout à l’heure m’a appelé comme ça.
-C’est ton nom officiel. Waygat est le nom de ton père, Arsher le mien. Puisque je suis légalement en charge de toi, je souhaite que le nom de ton père soit un peu effacé et le mien valorisé. D’où Jonathan Waygat Arsher réduit à Jonathan W. Arsher.
-Tu ne crois pas que c’est à moi de décider se genre de truc ? Mais bref, j’attends des explications madame la tutrice légale. »

La maman de Jonathan hésita quelques instants, se demandant si elle devait mener son fils dans se merdier.

« -Je ne peux rien te dire hormis le fait que mon absence est dû à des recherches sur…sur le Siècle Oublié.
-Ça n’excuse rien ! Mais passons, j’ai eu un problème il y a quelques mois qui, je pense, est en rapport avec toi. Il y a pas longtemps, j’ai été prit d’un excès de violence envers un dénommé Monkey D. Luffy et…
-C’est la rage du Berseker, expliqua simplement la mère Arsher en buvant un verre de Fhantha.
-C’est donc ça que je tiens de toi, répondit perplexe le fils Arsher. Mais pourquoi lui ? Et maintenant ? Et pourquoi je me fous complètement de lui maintenant ?
-Parce qu’il a la Volonté du D. Ce serait trop long à t’expliquer mais je peux juste te dire que ça a un rapport avec le Siècle Oublié. »

Jonathan se cala au fond de son siège, en se grattant le menton. Il réfléchissait en observant la haute pièce qui servait de bureau à sa mère. Connaissant sa mère, il était simple à deviner que ça ne faisait pas longtemps qu’elle occupait se bureau. Aucune décoration n’était présente, même impersonnelle. Les murs étaient entièrement blanc, tout comme le peu de meuble présent.
Une question vint par la suite à Jonathan.

« -Et qu’est-ce tu sais sur la Bagubek-j’sais pas quoi ?
-La Bagubekeserber tu veux dire. Ou plus communément appelé la Rage du Berseker, c’est une anagramme. Enfin c’est vite dit, il manque des lettres ou d’autres sont inutile. Fit-elle en prenant un bout de sandwich. Bon, hé hui hemps gevant moi. Ve peux ke raconter pouhoi hu as ahahés Luffy hé ha hihion he la héhitable hishoire.
-Non ! Hors de question que tu me mêle à la Véritable Histoire ! Hurla Jonathan qui avait compris le langage de sa mère.
-Mais ferme ta bouche !! Tu veux qu’ils m’attrapent ?! Abrutis d’progéniture ! Va t’en, tien !
-Attends, attends, attends !! Prononça rapidement Jonathan. Dit moi pourquoi je ne me suis pas attaqué à Garp par exemple. Lui aussi à le Volonté du D.
-Parce que tu sais qu’il est plus fort que toi. Ta haine passagère et inconscient envers les D. faite du Siècle Oublié où les p…
-C’est bon ! Je ne veux pas en entendre plus »

Juste après ces mots, un marine entra brusquement dans le bureau de la mère Arsher.

« -Vice-amiral Emma Arsher ! Les prisonniers se sont échappés !!
-John ! Tu restes là ! C’est un ordre ! »

Elle prit deux Magnum 44 avant de suivre le marine en prenant soin de fermer la porte à clef. Jonathan se retrouvait seul dans le bureau d’un vice-amiral. La première chose qui lui vint à l’esprit était de chercher des informations concernant l’accident de Zuii. Il fouilla chaque placard, chaque étagère, chaque meuble. Jonathan cherchait des cachettes secrètes absolument partout. Il démontait le mobilier avec violence, sans les remonter. Cette petite tornade trouva son bonheur après une vingtaine de minute de recherche. La Tornade de Zuii rangea le document dans sa poche arrière gauche. Il prit avec lui un des manteaux de vice-amiral de sa mère pour se mêler à la foule ainsi que un de ses pistolets avec lequel il défonça la serrure de la porte. W. Arsher se dirigea par la suite vers la sortie du bâtiment principal jusqu’à se qu’il passe devant une porte où il entendu son nom. Il rebroussa chemin et entra discrètement dans la pièce.

« -Ici la base du G-3 demandant autorisation pour mettre la tête de dangereux criminelle à prix ! Jonathan W. Arsher dit le… le… Et bien en fait il a plusieurs surnoms mon sergent-chef.
-[On verra ça plus tard. Donnez-moi les accusations !]
-Accusation : vole de document ultra top secret à une organisation très affilié au Gouvernement Mondial, destruction d’enceinte gouvernementale en masse, infiltration dans une base navale et coups gravement portés à l’égard d’agent de la Marine ! Montant de la prime élevé à … »

Jonathan pointa le canon froid de son arme sur la nuque du marine qui s’auto-coupa directement.

« -Hep, hep, hep ! Minute papillon ! Je comprends que vous voulez mettre ma tête à prix mais j’aimerais qu’elle soit élevée, vois-tu ? Combien comptais-tu me mettre ? Demanda d’un ton autoritaire au marine.
-Mes… Mes supérieurs voulaient vous mettre une prime de… de c…
-Cinq millions ?! Vous m’avez pris pour un branleur ou quoi ! »

Le marine supplia lourdement le criminel de ne pas le tuer car il avait deux femmes et quatre enfants.

« -OK. Acquiesça l’originaire de West Blue en haussant les épaule. A condition que tu me mettes 80 millions de berries. Allez, dépêche-toi ! »

Sous l’effet de surprise, l’officié de la Marine avait accidentellement raccroché l’escargophone. Il le ralluma pour établir le contacte avec le Q.G de la Marine.

« -[C’est bon ? Vous avez fini de discuté ?] Fit nerveusement l’homme au bout du fil
-P… Pardon ! Je disais donc 80… 80 millions de berries pour Jonathan W. Arsher et 95 millions pour Lucie Padgreff qui est déjà bien connu de nos services… Je… Je vous envoie leur portrait par fax.
-[Vous allez bien capitaine Hervé (c’était monsieur jeu d’mot !) ?] »

Jonathan cliqueta sur le chien de son magnum pour signaler au capitaine que si il dévoilait se position, il serait prêt à lui ôter la vie sans hésiter.

« -Tout va bien, merci. »

La Tornade dévastatrice de Zuii fit signe à l’officier de lui montrer les images. Sur le sien, on ne voyait que sa tête et son cou, ainsi qu’un bout d’une capuche grise. Aucune émotion n’était lisible sur son visage, il fixait durement l’objectif. Derrière lui se trouvait un mur de criminel, se mur blanc décoré de mensuration. Jonathan se souvenait de cette affiche. Il avait été faussement arrêté par d’autre marine car ces derniers l’avaient confondu avec un violeur en force.

« -T’as pas plus cool ? Demanda brièvement Jonathan
-Nous en avons prise une toute à l’heure mais nous avons peur que cela améliore votre image au près des autres pirates. »

Jonathan regarda ensuite l’affiche de Lucie sans grand intérêt avant de l’autoriser au capitaine. Une fois fait, il lui asséna un bon coup de cross dans la tempe, ce qui eut comme effet d’assommer le marine.
Il sortit ensuite du bâtiment principale avant interpeller un officier naval en route.

« -Eh, toi. Quel est l’état de la situation avec les pirates ?
-Eh bien les pirates se sont éparpillés sur toute la base. Le grand regroupement se situe dans les quartiers nord-est. Répondit-il innocemment »

Le faux officier se dirigea par la suite vers les quartiers indiqués par son précédent interlocuteur.
Grâce à son odorat sur-développé, le Fauteur de Trouble n’eut aucun mal à repérer Lucie qui utilisait son fruit du démon.

« -T’étais passé où ? J’étais inquiète, abrutis !
-C’est mignon mais on doit se barrer d’ici au plus vite. Les vraies forces de cette base ne tarderont pas à venir. »

Sur ces mots, une immense masse noire écrasa le sol pavé du G-3. Jonathan reconnu immédiatement le vice-amiral Ahmed. Ce dernier regarda longuement les deux acolytes, il semblait les analyser. Tout à coup, il fit un départ fusé en direction de Jonathan et Lucie en courant à une vitesse fulgurante. Il asséna un simple direct du droit à l’ex-marine qui eut juste le temps de croiser les bras devant son visage pour parer le coup. Mais se simple direct envoya Jonathan à une quinzaine de mètre plus loin, qui perdit son manteau de Marine.

« -Ah l’fis de p… Se plaignit W. Arsher
-Il recharge !!! »

L’haut-gradé était trop rapide pour l’ancien colonel, il se trouva rapidement en face de Jonathan. Au moment où il s’apprêtait à éradiquer le Fauteur de Trouble de la surface de la terre, le vice-amiral se prit se qui semblait être des balles en chocolat. Il en esquiva une part en exécutant un parfais razor vers l’arrière. L’homme aux goûts de luxe regardait Lucie dans le blanc des yeux, avec toujours se visage neutre. Mais d’un coup, il se mit à sourire.

« -Le karaté des hommes-poissons, hein ? Je reconnais que tu le manies plutôt bien. Où est-ce que t’as appris ça ? Les dojos ne courent pas les rues, encore moins ceux accueillant les humains.
-Je l’ai apprise toute seule, en regardant faire et en lisant des manuels. Ça te va comme réponse ? »

Comme rétorque, le vice-amiral frappa violemment le sol, créant ainsi une sorte de mini séisme qui suffisait à faire perdre l’équilibre à son adversaire. Il fonça sur elle et tenta un pied ouragan à bout portant. Lucie arriva à contrer l’attaque en créant un petit dôme de chocolat renforcé au maximum.
Mais même avec cela, l’attaque du vice-amiral ne fut pas complètement arrêtée. Une large fissure était visible à l’extérieur sans pour autant priser la carapace de chocolat.

« -Eh, truc. Fit Jonathan à l’adresse du vice-amiral. Laisse la donc et vient de frotter à quelque chose de ta hauteur.
-Je ne suis pas « truc » comme tu dis. Je suis le vice-amiral Ahmed de la base du G-3. Et tant que Marine, vice-amiral et homme de loi, je me dois d’arrêter de dangereux pirates comme vous. Tu comprends ? »

La tirade du marine avait tout pour convaincre. Seule son attitude désinvolte gâchait une telle présentation. Il avait les mains dans les poches et s’était rajouté une touche de je-m’en-foutiste en insérant un épi de blé entre ses dents.

« -Jonathan W. Arsher, je t’attends »

Personne ne put le lui dire deux fois, Jonathan courrait déjà en direction de son adversaire, sourire aux lèvres. Il exécutait les techniques qu’il avait apprises lorsque il pratiquait la boxe sauvage en club. Des coups de poings et de pieds volaient dans tout les sens sans pour autant toucher leur but.
Cet échange de coup dura une poignée de minute avant que l’ex-colonel se retrouve en position de faiblesse, face contre terre.

« -Dis donc toi, t’as un sacrée grande gueule, ironisa le vice-amiral. Mais ce n’est pas pour autant que je vais te pardonner. Que tu détruises des enceintes gouvernementales, je m’en fiche. Que tu t’attaques à de pauvres marines, passe encore. Que tu ose infiltrés MA base, ça commence à me foutre les boules. Fit-il en montrant sa gorge à Jonathan. Mais que tu détruises mon bâtiment. Celui que ma femme et mes enfants m’ont font construire au détriment d’un remède contre leur maladie, ça je n’peux pas accepter. »

Un aura douce et à la fois sauvage émanait de l’officier. C’était une aura écrasante et lourde qui mettrait n’importe qui un temps soit peu mal à l’aise.
Le vice-amiral avait armé son bras et s’avançait maintenant vers son adversaire. Lucie tenta de s’interposé mais l’aura de leur ennemie était trop puissante pour qu’elle ne fasse quelque chose.
L’homme de la Marine avançait d’un pas de plus en plus menaçant même si la distance qui le séparait de Jonathan était grande.

« -Je vais te montrer comment est-ce que moi je juge. Pas d’procès, pas d’passage au tribunal ou tout le bordel. Je vais simplement te juger avec ma main droite. »

Il se mit à courir en accélérant progressivement. Sa main droite prit une teinte aussi sombre que les yeux de Jonathan. Le vice-amiral, malgré le fait qu’il soit pus ou moins loin de son adversaire, propulsa son poing droit.

« -JUGEMENT IMPARTIAL !!!
-John et l’autre, dégagez !! Intervint Emma »

C’était sa mère qui criait tout en lançant se qu’il ressemblait à un jeune monstre marin de type poisson girafe. Comme les deux agents s’étaient poussés à temps, le jugement soit disant impartial d’Ahmed se porta à bout portant sur le roi des mers encore vivant.
La puissance du coup était telle qu’un cratère profond de plus de deux mètres et d’au moins cinquante mètres de diamètre se créa. La violence du coup, étant égale à la puissance, fut telle que le roi des mers n’alla pas s’envoler des kilomètres au loin. Il était toujours au corps à corps avec le vice-amiral mais tous ses organes internes étaient complètements détruit. La force du coup, égale à la puissance et à la violence, était telle que l’attaque ne se contenta pas de perforer violement le poisson girafe, le jugement impartial continuait sa route en détruisant tout sur son chemin. Elle continua même sur l’océan, laissant ainsi un profond sillon qui allait se perdre jusqu’à derrière l’horizon.

Jonathan respirait maladroitement. Il était perturbé par le fait que cette surpuissante attaque était à la base destiné pour lui. Sans l’aide de sa mère, Jonathan aurait put dire au revoir à la vie.

« -Ça va, John ? Questionna maternellement le vice-amiral Arsher
-Ou …Ouai, merci.
-Sympas de s’inquiéter pour moi. Boudait Lucie dans son coin »

Le vice-amiral Ahmed se tenait debout, au fond du cratère. Il semblait être vidé de ses forces.

« -Cette attaque, commença Emma. Est celle qui a clos le règne de Barbe Crow le sanguinaire qui était pourtant considéré comme l’un des plus grands et plus puissants des géants. Il l’a bien améliorée en 23 ans. La simple maitrise de cette technique propulse son utilisateur dans le top 10 de la Marine. S’il est K.O, c’est parce que le Jugement Impartial utilise la force vitale de l’utilisateur et…
-C’est bien beau tout ça mais on doit s’barrer, nous. Intervint Lucie.
-Si vous y tenez. J’ai amarrée un navire du G-3 au port Sud-ouest. Fit-elle en montrant vaguement la zone, il y a quelques pirates pour vous aidez à manœuvrez. Débarrassez-vous en une fois arrivés. »

Après quelques embrassades et des échanges de numéro d’escargophone, Jonathan et Lucie se dirigèrent au port Sud-est.

« -Au fait Lucie, tu n’as toujours pas répondu à ma question. Qu’on se fasse attraper, voler, violer, brûler, carboniser, manger, déchiqueter, écarteler, tuer, torturer ou fusiller, je veux que tu me dises se que devait contenir le coffret !! »

Lucie rigola un peu, faisant exprès de ne pas comprendre la question ou de la détourner.
Elle se décida à le lui dire lorsque le navire était à porté de vue.

« -Donc, Jonathan W. Arsher, nous avions comme objectif de prendre le contenu de ce coffret, le mera mera no mi ! »


###


Yé vous remerci d'avoir lu et on se dit à dans maximum 3 semaines.

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Dernière édition par Gangster Gastino le Jeu 28 Nov 2013 13:07, édité 4 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Dim 16 Juin 2013 18:39 
40 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Oct 2012
Messages: 500
Aaaah !! On sait enfin ce contient le fameux coffret ! Le mera mera no mi... Je vois déjà le tableau, Doflamingo (enfin, son adjoint chelou, je me souviens plus de son nom) va récupérer le fruit, puis ça va enchaîner sur la scène du chapitre 699 !! Pas mal...
Pas grand-chose d'autre à dire, sinon que j'adore toujours autant le personnage de Waygat (ou plutot devrais-je dire W. Smith).

_________________
Fiché S


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Dim 16 Juin 2013 23:56 
3 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Avr 2012
Messages: 184
"- Smith, comment ça se fait que tu es encore envie !
- Mr Anderson, je suis surpris de vous voir !"


Blague à part j'ai bien aimé ce chapitre, j'ai pas pu trop relever de connerie mise à part un anachronisme sur le Magnum 44. Enfin je sais que One piece un mélange de tout et n'importe quoi, mais je te signal que c'est récent comme flingue vue que c'est celui du tr_s cher Clint Eastwood ! Mais tu me diras, on va tortiller du cul pour chier droit ! Mais je doute qu'à l'époque de la piraterie le magnum soit inventé encore.


Sinon, j'aime bien l’ampleur que prend l'histoire mais, pour le coup du mera mera no mie, c'est juste un coup de bol le rapport avec le chapitre ou tu avais déjà pensé ça avant ?

_________________
Image

Fan de ssb ? Aller voir le site: http://www.ssb4.com/, plein d'infos sur le nouveau SSB, mais les autres opus ont aussi leurs places ;)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Lun 17 Juin 2013 09:23 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
@Zedka: Merci pour ton passage Mister Zedkam (je trouve vraiment que ça sonne mieux avec le m, peut-êtres est-ce l'habitude). Content qu'on p'tit Johnny te plaise toujours autant. J’espère même que son image s'améliora auprès de tout les lecteurs, et pourquoi pas à toute la France ? Devenant ainsi un modèle de classe, de sobriété et de modestie. Avoir une statue de bronze à son effigie et enfin... Pardon, je m'égard.

@Jolamouette:
Jolamouette a écrit:
"- Smith, comment ça se fait que tu es encore envie !
- Mr Anderson, je suis surpris de vous voir !"
xD
Je sais qu'on fait pas plus rentre dedans niveau cliché mieux mais je n'arrivais pas à trouver quelque chose de classe. J'ai hésité entre W. Hill/W. Stretching/W. Switchking/W. Carter et plein d'autre. Franchement, si j'en trouve un qui me plait bien avant l'arrivé de trois-quatre autres chapitres, je n'hésiterais pas à changer. D'ailleurs, si vous avez des suggestions je suis preneurs.
Pour le logia du feu, j'avais d'abords pensé à le faire mangé à Jonathan (oui hué moi je vous prie). Puis Joker est arrivé et je me suis dit Smith pourrait travaillé pour lui et comme ça récupérer le fruit d'Ace. MAIS, on a eu le chapitre où DF disait avoir une surprise pour Luffy et beaucoup pensait au mera mera. Faisant partit de se groupe de personne, j'ai fait reposé le "background" de cet arc missionnaire la dessus. Et j'ai eu raison. Donc coup de bol ou simple suite, je ne serait le dire.

Quoiqu'il en soit, merci à vous deux d'avoir laissé un commentaire, et merci aux lecteurs d'avoir lu le chapitre !!


P.S: Jolamouette, ça faisait longtemps qu'on t'avait pas vu sur VDD :O

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Mar 2 Juil 2013 13:03 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
Si je n'arrives pas à respecter un délais de trois semaines, je penses que j'ai du soucis à me faire.
Ce chapitre sert plus de transition, pour expliquer le pourquoi du comment de certaines choses.

###


Chapter VIII

« -C’est bon ? T’as fini de te reconnecter au monde réel ? Ironisa Lucie »

Lorsque Jonathan avait apprit se que devait contenir le coffret, il avait eu du mal à croire qu’Ace aux poings ardents était mort. En lisant les journaux, il avait aussi apprit la mort de Barbe Blanche, la séparation des Chapeau de Paille ainsi que la Guerre au sommet. Il n’en revenait pas d’avoir loupé autant d’épisode important.
Il s’affala de tout son long sur l’un des sofas du chalet où habitait Lucie, il était encore abasourdi.

« -Barbe Blanche est mort… Bah, ça s’était à prévoir. Il serait mort quelques semaines après, ce vieux croulant. Mais pour Ace, le pauvre. Il est mort à quasiment mon âge, il n’a même pas put profiter de la vie. Fit lentement Jonathan »

Sa coéquipière acquiesça lentement, se rendant compte que Jonathan avait raison. Elle lui tendit ensuite le journal du jour, à la page des primes.

« -Regarde, nos têtes sont mises à prix. Enfin, pour mon cas, c’est une mise à jour.
-Ouai je sais. Tu sais que ces blaireaux voulaient me mettre 5 millions, à moi ? Rigolait-il en en regardant les autres primes.
-5 millions ? Tu veux dire 100 millions. »

Jonathan, n’en croyant pas ses oreilles, regarda l’article qui lui était dédié en détail. Il n’avait même pas remarqué que ça prime avait été nommée « criminels du moment » avec trois autres têtes qu’il se fichait complètement. Dans son article y été stipulé qu’il avait volé des documents classés top secret à une organisation anonyme très affilié au Gouvernement Mondial, qu’il avait vendus ses informations à des ennemies du Gouvernement Mondial et qu’il était responsable de la partielle destruction de la base du G-3.
En tant qu’ancien marine, W. Arsher aurait au moins mit ne prime de quatre-vingt dix millions à un tel individu.

« -Bah, c’n’est qu’un prime. On fait quoi maintenant ?
-On attend que le boss nous donne une nouvelle mission. Ça peut être dans les secondes qui suivent ou dans les 6 mois à venir. »

C’est sur ses mots qu’une petite fille vint auprès des deux agents. Elle était plutôt petite pour un âge avoisinant les sept-huit ans. Malgré son âge, elle avait le visage constamment fermée, bien qu’elle soit souvent qualifiée de mignonne petite fille. Un bonnet bleu clair et épais recouvrait ses cheveux noirs. Un lourd manteau de la même couleur que le bonnet et aux bordures de laine blanches entourait son petit corps. Malgré le peu de printemps que comptait son compteur vital, son visage fermé lui donnait une impression très mature qui maintiendrait même un ancien au silence.
Sa ressemblance faciale avec Lucie était très frappante.

« -Bonjour, Jonathan. Je m’appelle Karla. Je n’ai pas put m’empêcher d’écouter ta conversation. Je ne me permets donc de répondre à ta question en t’en posant une autre. Pourquoi ne pas devenir plus fort ? »

Jonathan, qui buvait encore un liquide orange et gazeux, était resté en suspect quant à la question/réponse de cette Karla.

« -Ne me dit pas que c’est ta fille, Lucie ?
-Bien sur que non, c’est ma sœur.
-Ta proposition est assez intéressante, fit-il en se tournant vers Karla. Mais où trouver un enseignant, que va-t-il m’apprendre et en combien de temps ? »

La très jeune fille invita Jonathan à la suivre suivit de Lucie. Ils traversèrent rapidement le chalet pour sortir par l’arrière. Le trio marcha une douzaine de minute dans le froid et sous la neige avant de s’arrêter devant une cascade pratiquement gelée.

« -On fout quoi ici ? Se demanda l’ex-marine tout en frottant ses mains les une contre les autres.
-Je serais ton enseignante. Je t’apprendrais le Haki de l’Armement. Je le ferais en très peu de temps »

Jonathan explosa de rire suite à ces propos. Le fait qu’une gamine ayant encore ses dents de laits lui propose un tel programme ne pouvait qu’être marrant. Il s’arrêta cinq minutes après non sans peine.

« -Je ne vois pas pourquoi tu rigoles. Répondit Lucie les bras croisés, vexée. A cette heure-ci, elle et moi sommes plus forte que toi.
-C’est bon j’déconnais. Mais pour faire plaisir à la grande sœur, je vais faire plaisir à la petite. Qu’est-ce que je dois faire, je commence à mes les cailler moi !
-Je voudrais que tu te positionne sous la cascade en gainage, torse nu, jusqu’à ce que tu ne ressentes plus rien physiquement. Fit-elle le plus sérieusement du monde.
-Ne te fous pas de… »

Le dur regard de Lucie l’obligea finalement à s’exécuter. Il enleva son manteau, son haut puis son pantalon, le laissant ainsi en short rose à motif de tigre dessinés de manière enfantine. Jonathan attendu que les deux filles arrête de rigoler pour se placer sous la cascade.

« -C’est quoi cet entrainement ? Chuchota Lucie pour Karla. Tu sais très bien qu’au bout de trois heures son corps ne sentira plus rien car il sera à moitié assommé !
-C’est pour le mettre en confiance. Après tout, n’est-ce pas comme cela que nous l’a appris Granma ? Fit-elle avant de s’adresser à Jonathan. Bon, pour maîtriser le Haki, tu devrais faire en sorte de ne plus ressentir le froid et la douleur. N’essaye pas de te défendre face aux animaux sauges, ils font aussi partit de l’entrainement. A toi de voir comment cacher ta présence. Compris ?
-Ou… Ou… Ou… Oui-i-i-i-i-i ! Grelotta violemment Jonathan qui avait déjà attrapé un rhume et la crève. »

Suite à cet acquiescement de l’apprenti, les deux filles s’en allèrent au chalet.

***


Quelque part sur GrandLine

« -Le… Le Proprio’ est de retour !! Alarma gaiement un homme sur une plage de sable fin »

Pas très loin de la plage se trouvait un trois mâts qui se dirigeait vers le port. Ce navire avait la même taille imposante qu’un vaisseau de guerre de la Marine. Il arborait en tête de proue un cheval avec un chapeau de cow-boy et un épi de blé entre ses dents qui souriaient. Sur la tête du mustang ce tenait le fameux Proprio’.
Il portait un jean clair qui remontait jusqu'à ses hanches et était étrangler par une ceinture en cuir marron. Il avait comme haut une chemise à carreau rouge et blanche. Autour de son cou se trouvait un bandana arborant les mêmes couleurs que sa chemise.
Son visage était toujours sourieur, dans n’importe quelles situations, ce qui prouvait une certaine arrogance. Comme tous les jours, il avait la même barbe de trois jours qui se dessinait autour de sa bouche. Sa tête, elle, était couverte d’un chapeau de cuir marron, tout comme ça ceinture. Ceinture où tenait deux pistolets et un étui à poignard, arme avec laquelle le dénommé Proprio’ jouait en lançant au-dessus de sa tête.

Lorsque il arriva près du pont, le cow-boy sauta du bateau pour atterrir sur la structure de bois. Il s’avança lentement vers les habitant de cette méga-île, toujours le sourire aux lèvres.

« -Où sont-ils ? Se contenta-t-il de dire en dégainant une énorme épée de son dos.
-Ils sont dans le point de passage de Mikoz Dé Zongle. »

Le cow boy se dirigea donc vers ce point de passage.

Il arriva rapidement à Mikoz Dé Zongle. Il y avait plusieurs bâtisses en feu et une épaisse fumée noire se formait peu à peu dans le ciel. Des cris et des explosions retentissaient de partout dans ce paysage de western. Le Proprio’ décida donc de suivre les explosions, d’un pas calme et posé, épée en main.

« -T’avais raison, frérot !! Prendre possession de cette immense île sera vraiment du gâteau ! Heureusement pour le vieux qu’il ne soit pas là ! Ricana un pirate qui semblait faire la paire avec son acolyte.
-Ouai ! On l’aurait tué sinon. Méchant comme on est ! »

Le Proprio’ vit les deux pirates qui sortaient d’une banque fraîchement pillée.

« -Ce sont vous les pirates Letav et Okken ?
-C’est bien nous, papy ! Les futurs seigneurs des mers, primés à 150 millions chacun ! Et t’es qui toi ? On va te faire ta fête !! »

Le Proprio’ ricana lentement avant de ranger son arme, déçu. Ahahah ! Les habitants aimes vraiment abuser, pensa-t-il e dégainant son poignard.

« -Moi je suis le propriétaire de cette île et j’vais vous faire passer l’envie de récupérer ces terres durement acquis.
-AHAHAH !! Il est marrant l’ancêtre ! Okken ! Formation n°4, les serpents jumeaux ! »

Les deux frères coururent vers le Proprio’ à vive allure. Leur trajectoire était comparable à deux serpents qui, fonçant sur leur proie, passait l’un devant l’autre. Ils se séparèrent devant leur ennemi pour l’attaquer sur les côtés. Ce dernier esquiva aisément les poings des ses adversaires avant de reculer de deux pas. Les deux frangins continuèrent à l’attaquer de la sorte avec des formations les plus débiles les unes que les autres.

« -Alors papy, on fatigue ? Fit Okken en tentant de cacher son essoufflement.
-Je n’ai que 38 ans, les gars. Patriarche n’est qu’un statu. Il ne reflète en aucun cas m’on expérience perso. Mais bon, j’ai fini de vous tester. Niveau dance vous êtes pas mal mais pour le combat, vous pouvez repasser. En venant ici je comptais vous rendre paraplégique et vous jetez dans le volcan qui se trouve vers le Nord-est. Puis vous m’avez dit que vous valiez 300 millions d’berries. Vous irez donc avec la Marine. »

Sans laisser la possibilité aux deux frères de comprendre ces mots, le patriarche disparut de leur vision pour réapparaître derrière le pirate Okken. Les deux frangins ne l’avaient même pas remarqué.

« -Les 7 points cardinaux* ! »

En même pas deux secondes, le Proprio’ avait fait une large et profonde marque en forme d’astérisque sur le dos de Okken. Un énorme cri de douleur retentis dans le point de passage de Mikoz Dé Zongle. Après cela, Okken s’écroula, paralysé.

« -J’lui ai bousillé la colonne vertébrale. Si tu n’veux pas la même chose, prend cette corde là-bas et attache toi avec.
-Plutôt crevé !!!!!!!!!!
-Pourquoi autant de points d’exclamation ? Bref, qu’ainsi soit il. »

Il prit le fourreau de cuire qui se tenait sur dos avec sa main. Il dégaina ensuite son sabre violemment. Le mouvement d’air provoqué par cette action créa une longue vague d’énergie qui alla trancher le bras gauche de Telav. Ce dernier hurla tout en tentant de prendre la fuite vers l’ouest.

« -Où crois-tu aller, déchet ? »

Le pirate, en pleur, prit un pistolet qui traînait et vida le chargeur sur son poursuivant. Le Proprio’ para les balles avec la pointe de son poignard.

« -Tu sembles tenir à tes jambes, dis-moi. Voyons voir avec…ça. Wolve Bite ! »

Il trancha l’air horizontalement à l’aide du plat de son épée. La vague d’énergie n’avait rien d’une morsure de loup. Elle se contenta de trancher littéralement les jambes du pirate. C’est seulement après que l’attaque prit l’esquisse d’un loup affamé.
Le pirate s’écroula lamentablement sur le sol terreux de l’île, dans une grande flaque de sang.

« -Tss… Les primes sont données n’importe comment de nos jours.
-Merci pour votre aide. Vous êtes vraiment le meilleur patriarche Sameada !! Et je ne suis pas le seul à le penser, tout les habitants de l’île sont de mon avis !
-Oui c’est vrai ! Hurlait une foule derrière lui, poings en l’air.
-Garder les corps des pirates précieusement. Vous vous servirez de leurs primes pour reconstruire ce point de passage. »

L’homme demanda aux villageois d’exécuté les paroles du patriarche.

« -Qu’en ait-il des membres ? Demanda-t-il
-Et bien, le trois quarts des membres sont déjà arrivés, c’est impressionnant !
-Effectivement. D’habitude, ces trous d’balles ne bougent jamais leur cul. Ça promet d’être intéressent et explosif. J’ai le pressentiment qu’un élément perturbateur viendra perturber ce rassemblement.
-C’est un peu le but d’un élément perturbateur, chère Propriétaire de l’île… »

***


« -C’est impossible. Me serais-je trompée sur ton compte ? »

La jeune Karla s’adressait à Jonathan, debout dans la neige blanche (!). Elle était encore surprise du fait que son élève avait réussi l’épreuve piège. Le passage de la cascade n’était qu’un leurre pour mettre l’apprenti en confiance. Au bout de trois heures, il aurait mentalement réussi mais physiquement, son corps réagissait d’une manière on ne peut plus normal en stoppant momentanément la douleur, lui faisant croire qu’il avait réussi. Mais pour Jonathan c’était différent. Il avait vraiment réussi à faire en sorte de ne plus ressentir la douleur, et ça au bout d’une heure et douze minutes précises.
Il se retrouvait maintenant à combattre Karla.

« -J’avoue avoir été surprise mais ne prend pas la grosse tête, tu as encore du chemin à faire.
-Regarde la vérité en face. Je suis un surdoué ! Fit-il le sourire aux lèvres d’un air d’évidence. Et puis j’suis K.O et j’ai attrapé la crève. Je rentre au chalet. »

Joignant la parole aux gestes, Jonathan s’en alla au chalet. Il avait finalement été rejoint par les deux sœurs.
Une fois dans le bâtiment, notre héro national s’en alla dans la petite pièce qui lui servait de chambre. Le Fauteur de Trouble prit ses altères qui étaient sous son lit et commença son travail de musculation. Du moins, voulu le commencer puisque son escargophone sonna peu de temps après. Il le décrocha.

« -C’est qui ? Comment Jonathan, sur les nerfs.
-[C’est le boss. Vous avez réussi la mission ?]
-Nan, il y a une taupe chez Enigmates Dress Prevancy d’après le vice-amiral Ahmed. Ils savaient qu’on n’y allait.
-[Une taupe tu dis. J’vais voir ça de mon côté, j’ai une petite idée sur la personne. La prochaine fois que je vous appel c’est pour vous donner une nouvelle mission ainsi que le point de rendez-vous pour votre paye.] »

La discutions se stoppa net et Joker raccrocha sec l’escargophone, ce qui fit froncé les sourcils de Jonathan. Se dernier entreprit de commencer ses exerces, mais ce fut sans compter sur Lucie qui vint l’interrompre.

« -Jonathan, y’a une dizaine de type qui veulent te voir dehors
-Putain, c’est quoi encore ! »

Il déposa ses altères, enfila un t-shirt vert fushia et se dirigea l’entré du chalet. En ouvrant la grande porte, il vit effectivement une dizaine d’hommes devant l’entré.

« -Z’êtes qui et qu’est-ce que vous m’voulez ?
-Bah c’est nous.
-Comment ça vous. J’vous connais pas je vous dis.
-Quoi, vous n’vous souvenez pas vraiment pas de nous ? Souvenez vos, y’a trois jours »


Trois jours plutôt, base du G-3

« -Bon les gars. C’est grâce à ma mère que vous êtes libre et que vous êtes sur ce navire. Pour la remercié, j’accepte que vous vouliez que je sois le capitaine de c’rafiot. Clama ouvertement Jonathan.
-Et puis quoi encore ! Pourquoi ça ne serait pas moi ?
-Où moi ! Fit un pirate couvert de bande nommé Albion. »

Un énorme brouhaha d’objection éclata sur le navire, bien loin de la base. Chaque ancien détenu défendait sa place en tant que capitaine, et ce, pendant plusieurs heures. Plusieurs combats éclatèrent. Jonathan contre Pitt le Pocket Monster, Albion conte Senufo Pif-paf, Jonathan contre une sorte de lézarde bleue qui se prenait pour une dragonne, lézarde qui se prit une raclée, Albion contre Mollasson et enfin Jonathan contre Albion.
Ces deux adversaires étaient intacte de leurs précédents combats et étaient certains l’un comme l’autre qu’il allait gagner. Jonathan se battait à main nu alors que son adversaire combattait avec trois poignards et une épée.

« - Prépare-toi à mourir ! Vociféra l’homme à la peau blanche neige. »

L’homme bandé fonça sur son adversaire et tenta de lui fendre le ventre à l’aide de ses trois poignards. Jonathan l’esquiva grâce à un coup de bassin vers l’arrière. Ce dernier put mettre un puissant coup de poing dans le tors, lui coupant ainsi le souffle. Jonathan lui plaça un cochet du gauche suivit d’un uppercut du droit, arrachant ainsi quelques gouttes de sang à Albion. Ce dernier lança un coup de lame vertical sur son adversaire, sans effet. Sa lame se planta dans le pont de bois du navire, lui faisant ainsi baisser sa garde. Jonathan ne put s’empêché de lui placer un puissant coup au niveau de la nuque, mettant ainsi l’écorché hors combat.

« -Pff… Je te croyais plus fort. Mais comme je suis le dernier combattant debout, je pense mériter la place de capitaine. N’est-ce pas ?
-Non, je ne suis pas d’accord. Il faut laisser aux intellectuels la chance de pouvoir prétendre à ce titre. Je propose que vous répondiez à une question que tous les scientifiques se posent sans en avoir la réponse. Fit Lucie. »

Après quelques minutes d’objections, la horde de pirate se turent pour laisser parler la femme chocolat.

« -Quel est la signification de la Vie, l’Univers et tout ce qui est ? »

Tous les pirates s’étaient turent, les yeux exorbités par une question si complexe. Et après quelques secondes, ils se transformèrent tous en apprentis scientifiques, déballant des réponses plus débiles les unes que les autres.

Les pirates cherchèrent la réponse pendant les trois jours de voyage. Jonathan avait réussi à s’autoproclamé capitaine de se navire et ses hommes l’avaient surnommé Cap’tain Joe. Nom que Lucie refusa car elle le trouvait trop cool pour un type comme lui.

###


Chapitre terminé à l'arrache mais je voulais vraiment le sortir aujourd'hui, même si je n'aime pas baclé mes chapitres.
Au faite, je n'ai pas reçu de retour concernant le bonus où j'avais dessiner la base du G-3. Je voulais juste savoir si c'était utile ou ce que vous en pensez en général. Et j'oubliais, comme dit plus haut, j'ai changé le nom de famille de Jonathan, Arsher (prononcé Artcheur) a été choisi pas élimination.

Avant de vous quittez, un tout petit petit petit petit bonus:

Bonus zone:
Spoiler: Montrer
A votre avis, qu'elle est la réponse à la Grande Question de la Vie, l'Univers et Tout ce qui est ?

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Dernière édition par Gangster Gastino le Jeu 28 Nov 2013 13:07, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Mar 30 Juil 2013 15:26 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
###


CHAPTER IX

Une semaine après le retour du G-3, Joker avait recontacté Jonathan et Lucie pour une mission d’infiltration qui servirait plus au Fauteur de Trouble qu’au mystérieux patron. Les deux acolytes étaient maintenant en direction d’une île précédent Shabondy.

« -C.C.C, t’as une idée de ce que c’est ? Demanda Lucie, perplexe
-Tout ce qui m’importe c’est que cette organisation apporte des réponses à mes questions. Se contenta de répondre Jonathan.
-Franchement, à quoi ça va te servir de savoir qui est-ce qui t’a fait ce coup monté ? T’es même plus d’la Marine et tu n’as pas l’air de le regretter. Surtout que d’après les informations que j’ai, on a 12% de chance de repartir en vie et en un seul morceau, 24% de repartir grièvement blessé et tout le reste est le taux de chance de mourir. Je me demande vraiment si ça vaut le coup, là. Fit-elle très inquiète. T’es vraiment sûr de vouloir y aller ?
-Arrête de me saouler avec ça. J’t’en pose des questions ? »

Suite à cela, un des anciens prisonniers de la base du G-3 au poste de vigie cria que l’île était en vu. La vingtaine d’hommes qui composait l’équipage éphémère de Jonathan se précipita dans leur loge respective pour préparer leur affaire d’explorateur ultra chevronné. Jonathan arriva le premier et c’était changé pour l’occasion, tout comme Lucie.

« -Foot Island, nous voilà. Où accosterons-nous, assistante ? »

Lucie fit mine de ne pas avoir entendu et sortit le plan de l’île qui se trouvait entre ses seins. Elle déroula le petit parchemin et le montra à Jonathan.
L’île était en forme de pied gauche et était quasiment pleine de végétation. La cheville de l’île était un volcan inactif depuis trois siècles et était recouvert pas la terre. Elle était classé comme étant une méga-île de part sa taille.

« -Je ne suis pas navigatrice de formation, hein. Mais d’après la carte, on devrait accoster sur la Crique des Champignons Collants, situé entre le Quintus Block et Quartus Cliff, fit elle en montrant les deux premiers orteils du pied géant. »

Le navire du G-3 accosta dans la dite crique sans recevoir de tire de sniper comme le craignait Lucie.
Ils y jetèrent l’ancre avant de rejoindre la place à l’aide de barque.
Eux qui s’attenait à trouver un semblant de foret derrière la plage furent surpris de voir qu’à la place des arbres se trouvaient des champignons. Géant. Il y en avait de toutes les couleurs, se qui les rendait visuellement dangereux

« -Alors Captain Joe ? Qu’est-ce qu’on fait ? Demanda un pirate vêtu d’un long voile vert vomi.
-On s’sépare. Lucie et Albion avec moi. Les autres vous gardez le bateau. On n’en a pas pour longtemps. »

Après le long « oh » de déception, Jonathan prit le sabre noir et orange du pirate vert avant de s’enfoncer dans la forêt avec ses deux acolytes.
Ils marchèrent plusieurs minutes dans un mot, étant trop concentré à éviter la bave que dégageait les champignons géant de trois mètres.

« -Au faite, assistante. On va où ?
-D’après Joker, le Q.G de C.C.C alias Three C se trouve sur le Hallux Block, quelque part dans la ville de… AH !!
-Qu’est-ce qu’il y’a ! Crièrent les hommes restés en retrait. »

Lucie, qui était tombé à la renverse, pointa lentement la chose qu’il l’avait effrayée. Il s’agissait d’un jeune homme d’à peine vingt ans, habillé d’une veste bleu marine, d’un jean ample et foncé, et de chaussure noir. Sur son dos il portait un sabre vert et bleu en bandoulière, comme Jonathan.

« -Trois inconnus de taille différente ! Un homme noir aux cheveux noirs ! Habillé d’un long manteau noir mais qui est entrouvert laissant ainsi apparaitre t-shirt blanc avec écrit en caractère noir « Criminel Z » ! Son bas est un treillis militaire entièrement noir ! Il porte des baskets grises et noirs ! »

Le jeune homme se tourna ensuite vers Lucie.

« -Une femme blanche aux longs cheveux noirs et à belle poitrine ! Habillée d’une casquette blanche et noir avec écrit « brook est bien en chair » qu’elle porte à l’envers ! Son bas est un short en jean ras-la-moule qui doit sûrement mouler ses f… »

Ces descriptions trop détaillées avaient amenées Lucie à frapper l’inconnu qui ne s’y attendait pas.

« -T’es qui toi ? Fit Jonathan en s’accroupissant devant l’homme à terre
-Bonjour, je suis un Footislanders, habitant de Foot Island. Je m’appel Fumetsu et je vis ici depuis ma plus tendre enfance ! Je suis né le 17 février 1503 à…
-Mais je m’en tape de ça !! Qu’est-ce tu fous ici !
-Eh bien c’est mon île. J’ai le droit de me balader où bon me semble. C’est plutôt à vous que je devrais poser la question »

Jonathan ordonna sans raison à Albion d’attacher ce dénommé Fumetsu et de le jeter dans le premier lac venu. Le jeune homme protesta en disant qu’il pourrait leur être utile car d’après lui, ils semblaient perdus.
Jonathan l’observait lentement. A première vue, Fumetsu semblait être le genre de personne narcissique et prétentieuse car il fallait le reconnaitre, il avait une bonne tête. Captain Joe eu de suite un doute sur les paroles de leur otage mais il le libéra quand même.

« -Merci les gars ! Vous ne le regretterez pas ! Bon, où voulez-vous aller ?
-Sur l’Hallux Block pour infiltrer Three C. Fit Albion, ne pensant pas une seule seconde que cette mission pouvait être tenue secrète.»

Le visage de Lucie et Jonathan se décomposa contrairement à celui de Fumetsu qui s’endurcira. Il sortit son sabre vert et bleu pour tenté de l’abattre sur Jonathan. Mais ce dernier avait sentit le coup vernir et avait dégainé son sabre orange et noir. Le Fouteur de Trouble ne put s’empêcher de remarquer que son adversaire faisait preuve d’une grande habilité dans l’art de l’escrime.

« -Qu’est-ce qui t’prends sale traitre ! Demanda de manière rhétorique Lucie. Et toi John’, depuis quand tu sais maitrisés une épée ?
-Je n’étais pas qu’un simple colonel dans la Marine, j’étais aussi maitre d’arme de première classe ! Répondit-il en se dégageant du corps-à-corps. Mais c’n’est pas le moment de se remémorer le passé, qu’est-ce qui t’as pris ! »

Fumetsu ne répondit pas et se contenta de noyer son adversaire sous une pluie de puissants coups. Jonathan les parait ou les esquivait sans réussir à percer la garde du Footislanders. Cet échange dura une poignée de minute avant que la Tornade dévastatrice de Zuii ne perçoive un faille. Il trancha Fumetsu au niveau des abdos, de façon horizontale mais rien ne se passa. Là où la lame se serait plongée profondément dans la chaire, elle avait passé le corps du jeune garçon comme s’il n’y avait rien. En faite, là où devait trancher l’épée de Jonathan se trouvait une ligne séparant le haut de son tors et le tout le reste.

« -C’quoi ça ? Un fruit du démon ?
-Oui, le fruit de la gomme. Le Gomu Gomu no mi ! Il me permet d’effacer n’importe quelle partie de mon corps !
-Le nom Gomu Gomu no mi est déjà prit par un certain Monkey D. Luffy. Donc tu peux repasser. »

Après cela, Jonathan rangea son sabre dans son fourreau, à la plus grande surprise de Fumetsu qui n’en n’avait pas fini. L’ex-marine craqua ses doigts et invita son opposant à venir.

Quelques secondes plus tard, Fumetsu se retrouvait au sol avec le visage fumant et plein de bosses.

« -Bon, tu vas m’dire pourquoi tu m’as attaqué sans raison ? »

Fumetsu se leva lentement, regrettant un peu son action précédente.

« -Eh bien avant tout, il faut savoir que cette île est la propriété d’une seule personne, on l’appelle le Proprio’. Il a conquis cette île qui pullulait de pirate il y a environ 5 ans, nous délivrant ainsi de leur emprise. Il a fait beaucoup pour cette méga-île où les habitants le considèrent comme en étant le roi. Il y a même chassé la Marine qui nous faisait payer des taxes pour une protection plus qu’inutile car ils étaient corrompus par les pirates. Il a même redressé la situation politique et financière par des biais qu’il vaudrait mieux ne pas chercher. Je vais vous épargnez toutes les autres choses qu’il a pu faire mais vous devez savoir qu’il est un membre de C.C.C et qu’il est en faite le patriarche Sameada »

A l’entente de ce mot, Lucie et Albion feintèrent l’évanouissement, laissant un Jonathan perplexe.

« -Quoi, tu ne connais pas Sameada ?! Fit Albion, choqué
-Non.
-Il s’agit dans un ancien pirate très réputé ! Sa prime dépassait les 500 millions et pour une raison inconnue, le Conseil des 5 étoiles a ordonné la suppression totale de sa prime ! Il ne s’agit pas que d’un simple gros poisson, Jonathan ! Là c’est carrément un roi des mers ! Continua l’écorché
-Oh c’est bon, ça reste un homme après tout. Il ne doit pas être si dangereux vu comment il s’est occupé de cette île. Bref, Fumer-tue tu nous accompagnes ? Nous ne le lui voulons aucun mal, je veux juste savoir qui est à l’origine de graves accusations sur moi. »

Après lui avoir rappelez violement que c’était Fumetsu et nous Fumer-tue, l’épéiste accepta finalement, étant un homme de parole. Mais avant tout, il conseilla à ses nouveaux camarades d’aller se changer dans sa ville car ils avaient sûrement été déjà repérés.
Fumetsu se dirigeait avec aisance à travers les champignons contrairement aux trois autres qui peinaient à avancer. Au bout d’une dizaine de minute, leur calvaire s’estompa car la haute végétation était redevenue normale. L’air chaud et pesant de la forêt aux champignons avait été remplacé par un air frais et léger. Ils arrivèrent par la suite à Ye-p, la vile de Fumetsu.

Il s’agissait d’une ville simple, lambda. La plupart des structures étaient construites en pierre et les pierres servaient à construire les structures, faites de pierre. Il y avait majoritairement que des enfants dans le centre-ville, lieu idéal pour courir et jouer tellement l’espace y était grand.
Le maudit des eaux ne perdit pas de temps à faire visiter la ville aux touristes, il les amena directement dans un magasin de déguisement. Ils prirent plusieurs choses sans vraiment faire attention avant de passer à la caisse.

« -Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Questionna Jonathan
-On va commencer par aller chez mon grand-père, je suis sûr qu’il pourra vous aider. »

Sans attendre plus longtemps, ils se dirigèrent donc chez le grand-père de Fumetsu. Ils durent sortir de la ville pour pénétrer dans une légère foret, sur un large sillon serpentant.
L’air y été frais et humide, les rares rayons de soleils qui pénétraient les épais feuillage d’arbre aveuglaient les quatre compagnons.
Après une trentaine de minute de marche, le petit groupe tomba sur une large maison qui barrait la route au large sillon.
Fumetsu se dirigea en tête de fil et toqua à la porte de la maison. Lorsque la porte s’ouvrit, elle laissa place à un vieil homme, petit de taille à l’allure grincheuse et légèrement recroquevillé sur sa petite canne. Il observa rapidement les trois inconnus qui accompagnaient son petit-fils, toujours avec se regard dur.

« -Qui sont ces jeunes gens ? Demanda-t-il avec une fois exagérément rauque.
-Ce sont des mercenaires qui cherchent à infiltrer la Grande.
-Je ne suis un pirate moi. Souligna Albion.
-Infiltrer la Grande ? Quel genre de con êtes-vous ? Ce genre d’évènement est aussi protégé militairement qu’un bal organisé par des Dragons Célestes. Et pourquoi voulez-vous l’infiltrer ?
-J’ai été victime d’un coup monté par cette organisation et depuis je suis sur la liste noir d’Enigmates Prevency. »

A l’entente de ces deux derniers mots, le papy eu les yeux plus furieux que d’habitude.

« -As-tu un quelconque lien avec Enigmates Prevency ou Enigmates Dress Prevency ?
-Je…travail pour la seconde organisation »

A la seconde où le papy disparut de leur vison, Jonathan, Lucie et Albion furent propulsé violement en arrière en même temps.

« -Qu’est-ce qu’il m’arrive ? Se plaignit Albion. Je suis hyper lourd !
-C’est une particularité d’une de mes techniques. Le temps d’alourdissement varie de personne en personne. Il peut durée deux secondes comme toute une vie. Restez-là, je vais prendre mes médicaments. »

Le papy laissa les jeunes à terre est pénétra dans sa maison. Lorsqu’il fut à l’écart de toute vision, il tomba à genoux et posa sa main sur son cœur ; il haletait fortement.

« -L’enchainement de ces… trois techniques en même temps me… fatiguait déjà à mon âge d’or, l’utiliser ici était-ce… raisonnable ? »

Il se releva lentement avant de prendre ses médicaments et de ressortir comme si de rien n’était.

« -Pourquoi t’as fait ça papy ?! Hurlait Fumetsu
-Ce ne sont pas tes affaires, gamin. D’ailleurs, où est passé la momie ?
-Elle s’est enfuie lorsque l’effet de ta technique c’est estompé. »

C’était Jonathan qui avait répondu, après s’être levé précédent Lucie, bien que pour lui, l’effet d’alourdissement était toujours présent.

« -Pourquoi tu nous as attaqué, sale con !!
-J’ai des affaires à régler avec ces deux organisations. Comme je n’ai jamais put les retrouver, c’est avec vous que je vais les régler, momentanément
-C’est n’importe quoi. Comme si tu avais un problème avec un homme et que tu t’en prenais à son petit-fils. Fit Jonathan un sourire au coin.
-Tu ne sais pas de quoi tu parles. Quoiqu’il en soit, je vais légèrement apaiser ma colère en vous cognant. »

Le papy fonça sur Jonathan à vive allure. Jonathan se contenta de tendre la paume de sa main droite en direction de l’octogénaire et lui lança une décharge de Haki. Le papy ne fut nullement atteint et se permis même de sourire.

« -Tu maitrises le Haki, c’est bien. Mais tu ne fais pas le poids face à moi. Prend ça ! »

Le vieux avait bondit à la hauteur de l’abdomen du Fauteur de trouble et lança sa charge a bout pourtant, maximisant ainsi les dégâts. Jonathan en avait eu les yeux exorbités tellement que l’attaque était violente. Celle-ci l’envoya valser quelques mètres plus loin, le fracassant contre un arbre.

« -Personne ne défi Barney Archelius Jewelry Jr., compris ? »

Jonathan se releva lentement, en forçant un maximum car il était encore sous l’emprise de l’alourdissement.
Lucie avait réussi à se faire toute petite et à se faire oublier par Barney, en apparence.

« -Après Don King je m’occupe de toi ma jolie, lança le vieux par-dessus son épaule.
-Enfoiré ! Tu trouves que je ressemble à Don King ? J’ai l’air d’avoir des cheveux électrique ?! Vociféra l’ex-colonel.
-Non, mais tu as le même teint que lui.
-Il est plus claire que moi !! »

Ce fut au tour de Jonathan. Il le fut de manière très maladroite et Jewelry Jr. L’envoya voler dans les bras de Fumetsu.

« -La nouvelle génération d’Enigmates Dress Prevency est bien faible. Quel est ton grade ?
-Je n’ai pas de grade, j’y suis juste pour le fric. Fit Jonathan, toujours à terre. Je compte même arrêté d’ici 2-3 missions du boss.
-Tu reçois donc les missions directement du boss donc. Tu n’es pas n’importe qui enfaite. Qu’est-ce que vous attendez de moi ?
-Puisque tu participes à la Grande étant membre du conseil, je me suis dit que tu pourrais les embaucher comme garde rapprochés. »

Barney rigola à gorge déployée, manquant de s’étouffer.

« -Or de question. J’ai déjà payé mes gardes en provenance du royaume des fleurs, dans le Nouveau Monde. A moins que… »

***


Sur une île proche de Shabondy

« -Le Capitaine Corsaire Glassiz Snake est arrivé ! Fit un marine posté à l’entré d’une grande salle »

Un homme pénétra dans la salle. Il semblait décontracté puisqu’il arrivait pratiquement en dansant, semblant avoir l’air d’une chanson dans la tête. Il avait des cheveux noirs plaqué et brillant qui était plaqué à la laque. Il parlait des lunettes de soleil noir sur son nez. Le Capitaine Corsaire portait sur son épaule une veste en jean qu’il avait boutonné. Comme bas il avait un bermuda couleur beige, qui contrastait avec sa peau pâle.

« -Salut les gars ! Comment ça va ! Désolé pour le retard, j’me suis tape avec un sale connard ! Et puis c’n’est qu’une réunion, regroupant que des cons ! Tout c’que j’veux c’est me battre, quitte à vous mettre quelques claques !
-Oui on a compris, intervint un homme classiquement habillé en officier. Votre présence ici prouve que vous avez accepté notre collaboration.
-Même si chasser des frères d’arme ne m’intéresse pas trop, je n’ai pas trop le choix. Quand est-ce qu’on part ?
-Ne soyez pas pressé, il s’agit quand même de capturer certain prisonnier échappé d’Impel Down. De plus, on en a pour au moins 2 heures à tout préparer ? Que ce soit dans l’ombre ou sur le terrain. Foot Island est une méga-île je vous rappels »

***


« -C’qu’il peut être chiant l’vieux »

Jonathan passait le plus claire de son temps à se plaindre. Barney Avait accepté de les engagé à de condition. La première, il devait être à sa botte pendant les trois jours à venir, la seconde allait être donné lorsque les gardes du Nouveau Monde allaient venir.

« -Faire des courses pour ce fossile me répugne. Et cet effet d’alourdissement qui ne veut pas se barrer..
-Euh..Tu sais quoi Jonathan ? Tu m’énerve à te plaindre depuis une heure. Laisse moi faire les courses. Toi, va faire le tour de l’île ou un truc dans le genre. »

Lucie arracha la liste des courses des mains de Jonathan et abandonna se dernier dans la foule

« -Bon, faisons ce qu’elle dit. Explorons le côté sauvage de l’île »

###


Edit:
Spoiler: Montrer
J'ai oublié d'ajouter quelques détails, dont ce qui concerne le Hallux Block et les autres. L'île est un pied gauche donc, de droite à gauche (ou du plus gros au plus petit): Hallux Block (=gros orteil), Depasus DC, Centrus Museum, Quartus Cliff et Quintus Block (=petit orteil)
J'ai choisis ces noms en fonction de leur nomination sur wikipédia:
  • En terminologie anatomique et médicale les orteils se nomment, du gros vers le petit: hallux, secundus, tertius, quartus et quintus
  • En langage familier, on le nomme couramment, du gros vers le petit: bifux, depasus, centrus, pre-exterius et exterius
Source.

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Jeu 2 Jan 2014 17:09 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
Après de long moins d'absence, me revoici non-prévenant. Un peu comme la mort.

Spoiler: Montrer
Résumé brouillon (du début jusque maintenant): Jonathan Waygat est un colonel de la Marine perturbateur. Lors de l'incident de Sabaody, il se rend sur les lieux pour régler ses problèmes personnels avec le pirate Monkey D. Luffy. Cette action l'emmènera à être jugé en cour martial. Il sera donc jugé entièrement coupable de ses actes et sera congédié de la Marine. Il se fait part la suite enlevé par deux étranges bonhommes, Tony et Grey, qui lui apprenne qu'il est recherché; il est victime d'un coup monté. Mais Jonathan réussi à s’enfuir de ce pétrin grâce à l'aide d'un pirate nommé Sawsen Bigorno qui travail pour le compte de Joker, celui-là même qui par la suite engagea l'ex-marine dans son organisation prénommé Enigmates Dress Prevency. Jonathan fera la connaissance de Lucie Padgreff, femme détenant le paramécia du Chocolat et qui travail aussi pour Joker. Ce dernier leur confira comme première mission d'aller dérober le logia du feu détenu par la Marine dans la base du G-3. Mais les officiers de cette base étaient prévenu et le fruit du démon n'y était plus. De retour sur l'île de Lucie, Jonathan y apprend le Haki de l'armement grâce aux durs entrainement de la soeur de Lucie. La seconde mission du duo d'agent est plus axé sur la personne de Jonathan puisque il s'agit d'assister à la Grande Réunion organiser par C.C.C, l'organisation qui aurait créée le coup-monté sur l'ex-marine. Ils se rendent donc sur Foot Island (Island n'est pas prononcé comme un anglais, ici il l'est différemment: Aïzland), une méga-île en forme de pied gauche. Sur les lieux, ils font la rencontre de Fumetsu et de Barney Archelius Jewelry Jr., le grand père de Fumetsu. Ce dernier leur a proposé de l'accompagner à la Grande uniquement s'ils étaient à son service. Il commença par les envoyer faire 2-3 courses qui Lucie fit finalement seul, Jonathan étant partit explorer l'île...

###



« With father’s help, he became the lord some bread » #Somebody




CHAPTER X



L’air humide et lourd pesait sur ses épaules. Chacun de ses pas demandait un terrible effort –d’autant plus qu’il est toujours sous l’effet d’alourdissement-, faisant ainsi dégouliné son visage de sueur, brouillant sa vue. Vue qui jouissait d’un magnifique tableau exotique, mélangeant une végétation dense et luxuriante à des odeurs douces de fruit qui lui caressaient les narines.
Ses tympans , eux, apportaient le côté négatif de cet œuvre d’art créée par Lui. Ils étaient mis à rude épreuve à cause du brouhaha formé par les animaux sauvage qui semblaient s’en donner à cœur joyeux.
Jonathan s’était profondément enfoncé dans l’arrière foret qui était en faite une véritable jungle. A vrai dire, il s’était perdu, mais cela ne l’embêtait pas plus que ça, se disant qu’il évitait les ordres capricieux de Barney, le grand-père de Fumetsu.

Tout en s’enfonçant dans la jungle, Jonathan commença à se poser des questions sur cette infiltration, il l’appréhendait. Il était plus que probable pour lui qu’il se ferait découvert et en tel cas, il ne donnait pas chère pour sa peau. De plus, les paroles de Barney n’arrangeaient pas les choses car il ne semblait pas se moquer d’eux.
Il cogita ainsi pendant exactement trois heures, sans se rendre compte qu’il n’avait pas fait le tour de la foret et que son estomac commençait à gronder. Sentant cela, il se dirigea vers le bruit de chutes d’eaux qui lui titillait les oreilles depuis un bon moment, ce disant qu’il y avait sûrement des fruits mûrs. Au pied la chute il tomba miraculeusement sur une sorte de nid à fruit. Il était tous très coloré, leur donnant un air encore plus appétissant. Jonathan prit un fruit bleu et en forme de mangue et y croqua à pleine dent.
Au bout de deux bouchées, il tombait dans les pommes.

Lors de son réveil, Jonathan se sentait allongé sur quelque chose de doux. Il ouvrit rapidement les yeux et tomba sur plafond bas orangé. Il se redressa d’un bon en jetant la couverture synthétique par terre, se demandant où est-ce qu’il se trouvait. En tournant sa tête sur sa gauche, et non à droite car il y avait un mur, il aperçu qu’il était dans une petite chambre d’extérieur. Le fait qu’il y avait des fenêtres sur les 4 murs confirmait son impression. Jonathan descendit du lit en enfilant ses chaussettes, qui se trouvaient sur un petit buffet adjacent le lit, puis ses chaussures. Il mit son long manteau noir et souple sur ses épaules avant d’ouvrir vivement la porte. En voyant la dizaine d’hommes armés qui étaient devant lui, l’ex-marine eu un mouvement de recule.

« -C’est quoi ce bordel ? »

Suite à ces mots, une femme se démarqua du groupe d’amérindien en s’approchant de Jonathan. Elle se distinguait par ses vêtements modernes. Cette femme avait un visage doux et réconfortant mais elle se forçait à paraitre le contraire.

« -Je m’appelle Ayanna et c’est moi qui t’es trouvée à moitié mort près des Chutes de la Cascade Chantant.
-Et pourquoi est-ce que vous me prenez pour quelqu’un de dangereux ?
-Parce que tu l’es. »

Jonathan ne dit rien.

« -L’Ancienne du village nous a donné comme consigne de te ramener à elle une fois que tu serais réveillé, continua Ayanna. Je te pris donc de me suivre. »

Jonathan ne chercha pas à comprendre, il la suivit. A vrai dire, il était assez époustouflé par se village construit sur le volcan potentiellement actif. Le panorama qu’offrait un tel emplacement était tout simplement magnifique. Mais Jonathan ne put profiter plus longtemps de la vue, l’endroit où il se trouvait se situait à l’opposer de son point. Lorsqu’il sut cela, il se demanda pourquoi elle qualifiait cet endroit de village alors qu’il s’agissait surement de la plus grande ville du monde, puisque celle s’étendait sur tout le volcan.
Il ne put trouver de réponse.

« -Monte là-dedans, fit Ayanna. Cela nous amènera presque instantanément de l’autre côté de la ville. »

Ayanna lui avait désigné une sorte de charriot sur des railles. Jonathan y grimpa, se disant que cela devait être pareil qu’un manège de Shabondy Park. Un des hommes qui accompagnait Ayanna actionna un levier et le chariot partit au quart de tour. Il allait si vite que l’invité surprise ne peut admirer l’organisation de cet endroit, mise à part la vue de petites maisonnettes floues.
La machine ralentissait à mesure qu’ils s’approchaient de la demeure de l’Ancienne. Il s’arrêta finalement, laissant ses passagers descendre. Maintenant, ils se trouvaient devant un énorme tipi, vraiment. Gigantesque. Et aux multiples couleurs. Jonathan fut invité à entré en premier, contemplant ainsi rapidement la grandeur et l’espace qu’offrait cet édifice. Le sol était composé d’un seul et même tapis, la peau d’un ours surement atteint de gigantisme. Le Fouteur de trouble dût enlever ses chaussures et ses chaussettes, profitant ainsi de la douceur de la fourrure d’ours. Ayanna et les gardes s’étaient assis sur les coussins qui entouraient la pièce, tandis que W. Arsher devait attendre debout l’arrivé de l’Ancienne. Soudain, les bougies suspendues au « mur » s’allumèrent les unes après les autres, lançant ainsi le bruit d’un tam-tam au rythme intrigant.
Dans un nuage de fumée apparu l’Ancienne. Jonathan s’attendait à voir une vieille peau édenté mais la silhouette cachée par le rideau de fumée prouvait le contraire. Lorsqu’elle sortit de cet écran de fumée, la première chose que le yeux de Jonathan regardaient , et ceux de tout les hommes présents dans la pièce, fut le décolleté très plongeant qu’offrait la généreuse poitrine de l’Ancienne. A vue d’œil, elle semblait avoir à peine la trentaine. Contrairement aux habitants, elle n’avait pas cette douce peau tannée, elle était plus blanche, comme les habitants de Ye-p. L’Ancienne possédait de longs et lisses cheveux noirs qui lui arrivait à la cuisse. Son front était entouré d’un foulard auquel était planté trois plumes rouges sangs. Son torse était recouvert d’un t-shirt qui avait dut lui aller lorsqu’elle était adolescente, le tissu serrait son corps. Plus bas se trouvait une sorte de mini-jupe faite de feuille, cachant uniquement son entre-jambe ; ses tibias étaient eux couvert par des feuilles de kaliptus.

« -Remonte tes yeux, jeune homme. Conseilla-t-elle
-Hein ? Que.. Quoi ? »

Avant qu’il ne puisse comprendre quoi que se soit, l’Ancienne lui souffla une étrange poudre blanche au visage qui eu pour conséquence de lui boucher la totalité des voies respiratoires, ce qui le faisait naturellement suffoquer. Il gigotait dans tout les sens, comme si on l’avait brûler vif. L’impression que ses poumons allaient explosés était en plus en plus intense et l’effrayait. Lorsqu’il fut aux portes de l’évanouissement, l’Ancienne prit sa tête et plongea son visage de son décolleté en lui murmurant qu’il devait respirer très fort –ce qui était assez étrange d’ailleurs puisque il faisait ça depuis tout à l’heure, du moins il essayait. C’est finalement dans la poitrine de l’Ancienne que Jonathan se clama pendant une poignée de seconde.

« -Faudrait pas non plus en profita, souffla Ayanna »

Cette remarque atteignit les oreilles de l’Ancienne et cette dernière tira les cheveux de l’ex-marine.

« -Mais t’es complètement taré ! C’est pour ça que tu m’as fait venir ?!
-Non. C’est pour te lire l’avenir. Les esprits m’ont que je devais t’en parler.
-Ben voyons, on ne me l’avait jamais faite celle-là. Et j’en ai rencontré des cons. »

Pour toute réponse, l’Ancienne lui prit la main et l’amena dans une sorte d’arrière-boutique où il dut se placer devant une table, assis en tailleurs. Elle lui préleva du sang à son insu au niveau du creux de la main. Elle placa le liquide dans un petit bol où il y’avait déjà de l’herbe cramé. L’Ancienne mit le feu au tout avant de placer sa boule de Crystal.

« -Les esprits ne sont pas trop présent lorsque il y a des non résident de l’île.
-Mais bien sûr. »

La boule s’illumina sur ces mots, comme pour prouver que ces histoires d’esprits n’étaient pas qu’un mythe ou une simple croyance d’un village.

« -Tout est assez floue, je ne pourrais donc pas te dire avec précision ce qu’ils veulent te dire.
-Naturellement.
-Pour te prouver que je ne mens pas, écoute ça : Tu es originaire de West Blue, tu es le fils d’un marine du nom de Way…gat si je vois bien. Tu es devenu marine toi aussi, mais pour une cause que j’ignore. Tiens ? Fit-elle surprise, tu as déjà participé à une guerre. La guerre de..
-C’est bon je te crois ! Fit l’ex-marine pour l’interrompre. Passe au futur…
-Les esprits veulent me dire une chose assez claire. D’ici deux-trois jours, tu perdras Adèle la Fidèle. »

Jonathan paru perplexe.

« -Qui est-ce ?
-Je croyais que tu le savais.
-J’avais raison, c’est du bidon ton truc. Pour mon passé, tu t’es contenté de faire quelques recherches sur moi et tu t’es arrangée pour que j’atterrisse ici.
-Bref, va falloir payer maintenant. Dit-elle en tendant la main »

Jonathan fut étonné mais lui montra ses poches vides.

« -C’est embêtant. Tu payeras donc en nature.. »

Plusieurs minutes passèrent sans que Jonathan et l’Ancienne ne sorte de l’arrière boutique. Ils en sortirent finalement, assez essoufflés et habillés gauchement.

« -Qu’est-ce que vous faisiez ? Osa demander Ayanna
-Oh ? Humm.. Rien. Enfin, elle me montrait des… des incantations magiques qui m’empêcheront de.. faire des cauchemars.
-Ça devait être tactile puisque tu empestes son parfum, surenchérie Ayanna. Bref, que comptes-tu faire maintenant ?
-Retourner en ville et pourquoi pas trouver Adèle dite la Fidèle »

Jonathan se dirigeait vers le charriot sur raille pour accéder à l’autre côté de la ville jusqu’à ce qu’Ayanna l’interpelle.

« -Jonathan, j’aimerais te demander un service.
-Qu.. Tu me connais ?
-Bien sûr, Jonathan W. Arsher, pirate primé à 80 millions de berries. Ne me regarde pas avec cet air interrogateur, ici on est pas coupé du monde, hein ?
-Qu’est-ce tu m’veux ?
-J’aimerais intégrer l’équipe d’investigation du Propriétaire et je voudrais voir si niveau combat je suis prête.
-Va te faire shampouiner, répondit tout simplement le Fauteur de trouble. »

Et il commença à embarquer dans le charriot.

« -Accepte cette requête et je t’offres la chose que tu désires le plus en ce moment !!
-Je veux la même coiffe imposante que ce type, fit-il en désignant au loin un très grand homme qui semblait avoir la côte vu le nombre de gens autour de lui.
-Ce « type » comme tu dis est le chef du village. Mais soit, je te la confectionnerais de mes mains. En garde ! Cria-t-elle finalement en dégainant une courte épée.

Jonathan s’étira longuement avant de se positionner à un semblant de garde de boxe.
Ayanna, voulant rapidement se mesurer à lui, attaqua la première. Elle lui envoya un hight-kick parfaitement stable que Jonathan para à l’aide de son bras droit.

« -Je sais tout de toi Jonathan. Tu utilises principalement la boxe sauvage, cocktail explosif d’autre art. Toi tu mélanges la boxe anglaise et le taekwondo. Pour boosté se dernier, tu as moyennement apprit la capoeira »

Jonathan rigola de bon cœur.

« -Je ne savais même pas que j’avais appris tout ça ! »

Suite à ça, Jonathan balança mollement son poing gauche vers son adversaire qui, à la plus grande surprise de l’ex-colonel, se le prit de plein.

« -Bat-toi sérieusement. »

Jonathan eu un rictus maléfique. Il prit la nuque de son adversaire avec sa main gauche et ramena sa tête vers son torse, tout en lui assénant un coup de genou dans l’abdomen. Il lui plaça ensuite un bon uppercut du gauche suivit d’un crochet du droit. Il mit sa main gauche entre les jambes de Villagienne et passa sa main droite derrière son cou. Il la souleva pardessus ses épaules et en sautant, il le fit pivoter de l’autre coté avec sa main droite et en mettant soigneusement sa main gauche sur le ventre de son adversaire pour accélérer sa chute. Il n’y eu qu’un bruit sourd ainsi que des craquements d’os lors de la chute de la femme. Ses vertèbres devaient être en compote compte tenu de la force de projection. Lorsqu’elle lui avait demandé de se battre sérieusement, il n’avait pas fait semblant.

« -Hmm... Faut que je lui trouve un nom à cette prise. Dit-il d’un ton se voulant penseur, il se rapprocha d’Ayanna et tout en s’accroupissant lui dit. T’en pense quoi, hein ? Il me faut l’avis de quelqu’un qui est déjà subit les dégâts de cette attaque, tu ne crois pas ? Enfin bref, continua-t-il en se levant et en consultant sa montre. J’ai perdu assez de temps comme sa et on m’attend. Fait moi ma coiffe et je me tire. »


***



« -Jonathan est vraiment soulant ! Se plaignait Lucie. C’est censé être lui l’homme, putain. »

Lucie se plaignait ainsi car elle était en plein centre-ville en train de tracter une lourde charge, seule. Elle se retrouva rapidement devant une pente très aigue qui la découragea instantanément, elle jura.

« -Hmmmmmm.. Mademoiselle, puis-je vous être d’une quelconque aide ? »

Il s’agissait d’un petit homme, ayant à vu d’œil une trentaine d’année qui s’adressa à l’agent d’Enigmates Prevancy. Son crâne était dépourvue de toute chevelure, hormis une mèche qui tenait en longueur. Sur son nez tenait une énorme et ronde paire de lunette aux verres blancs et ayant comme motifs cinq cercles noirs inclus les uns dans les autres. Un pull-over kaki recouvrait son torse et un jean pâle, ses jambes.

« -Euh, pourquoi pas.
-Je vais demander de l’aide à mes amis, si vous le permettez. »

L’étrange petit bonhomme claqua simplement des doigts et une vingtaine de personne sortie de nulle part vint aider Lucie. Quelque chose la gênait d’ailleurs dans leur manière d’agir.
Elle leur indiqua tout de même l’endroit où ils devaient décharger le matériel avant de se retourner vers le binoclard.

« -Vous êtes sûr que se sont de simple amis ?
-Est-ce une façon de remercier son bon samaritain ? »

Lucie improvisa un sourire avant de poser ses lèvres sur les fronts (oui parce qu’il a plusieurs têtes) le front dégarnie de monsieur chauve. Suite à cela, il l’invita à passer le reste de l’après-midi avec lui.
Au cours de cet après-midi, Lucie apprit que son « sauveur » se nommait Sinegud. Il serait originaire…


***



« -Mais naaaaaaaan !! J’ai oublié la montre que Lucie m’a offerte là-haut ! Vais devoir remonté ! »


***



…de South Blue où il eu un enfance joyeuse. Il se serait ensuite passionné pour la nature et ses biens faits. Sinegud avait tant bien que mal essayé d’épater Lucie avec ses connaissances par la suite, en vain. Le reste de son histoire, Lucie ne l’avait pas écouté, trop occupé à escroquer le trentenaire et à éviter ses mains baladeuse.

Il était maintenant vingt trois heures et Sinegud avait réussi à inviter sa nouvelle amie dans un bar. Il avait tenté de la rendre saoul pour parvenir à ses fins pervers mais c’est lui qui finit ivre. Lucie en profita pour le cuisiner.

« -Alors Sinegud, dis-moi qui tu es franchement. Les hommes qui mentent on tendance à me refroidir, surtout lorsque je suis en… chaleur »

Elle accompagna ses paroles en baissant légèrement son décolleté.

« -J’avais pensé qu’après avoir été franc avec moi, nous aurions put aller nous accoupler comme on dit dans ton soi-disant travail. »

Les yeux de Sinegud étaient restés bloqué sur la poitrine de Lucie depuis qu’elle avait arrangée son t-shirt.

« -D.. D’accord ! Je suis en faite un contre-amiral de la Marine, Jacques René Cailloux ! C.. C’est bon ont peut y aller ?! Répondit-il en se jetant presque sur son interlocuteur
-Avant ça, dit moi ce que fait la Marine ici ? Je pensais qu’elle était banni d’ici ?
-Nous sommes en infiltrations ! Il y aura de dangereux criminels ici dont certain évadés d’Impel Down !!! En parlant de criminel, t’ai-je déjà dit que tu ressemblais fortement à une pirate dont je suis amoureux ? »

Il sortit un livre de sa poche, l’ouvrit et en sortit un avis de recherche plié entre deux pages. Il le déplia et le mot à côté du visage de Lucie.

« -Mais ! Mais ! C’est eeeeeeeeeelle ! »

La pirate ne perdit pas de temps, elle prit une fourchette qui trainait par là et l’enfonça dans l’œil droit du contre-amiral

« -A plus bande de naze !! Fit-elle en s’enfuyant »


***



« -Enfin ! Je vois la lumière de la ville ! Se réjouissait W. Arsher. D’ailleurs, il commence à faire froid, je vais mettre ma coiffe de… Meeeerde ! Je l’ai oublié là-bas ! »







« Ils… arrivent. »


###


Chapitre très médiocre je vous l'accorde, j'espère me rattraper avec ce bonus...

Spoiler: Montrer
« Coyottus Cretinus Afamus »



CHAPTER XI



Quatre personnes vêtues de la même longue robe à capuche marron s’avançaient dans un long et sombre couloir au plafond surélevé. Bien qu’elles aient la même cape ample, leur corpulence différait. Ainsi, la plus à gauche se trouvait être une femme de taille moyenne. Sa fine silhouette et sa poitrine – non imposante mais visible malgré la cape – affirmait cela. A sa gauche se trouvait une très petite personne. En vue des circonstances, on aurait pu être amené à penser qu’il s’agissait d’un vieillard rabougri, grincheux et recroquevillé sur lui-même mais c’était tout le contraire. Les deux petites mains aux allures douces qui dépassaient des manches appartenaient à un jeune enfant, très jeune, de cinq ou six ans.
A l’extrême droite il s’agissait d’un homme de bonne taille, ou plutôt une machine car ses mains et pieds étaient métalliques. Et enfin à sa droite, un homme robuste à l’allure de ses mains. On pouvait aussi voir la partie inférieur de son visage contrairement aux trois autres, soit ses lèvres et son menton qui était recouvert du fine et dense barbe.
A leur vue, les deux gardes qui étaient postés devant une porte en argent se collèrent. Cette action amena les quatre individus à enlever leur capuche, chacun leur tour. La femme commença, dévoilant un visage d’une beauté rarement vue, avec des cheveux châtain-roux qui descendait jusqu’à la moitié de son dos. Une autre chose frappait chez elle, hormis sa beauté physique et capillaire, ses yeux étaient dépourvus de pupille.
L’enfant suivit le pas, dévoilant une mignonne petite bouille avec une sucette dans la bouche. Une chose étonnant chez lui à cause de son âge, il avait le chiffre « 13 » tatoué sur le front. L’homme robuste continua la lancée, présentant un visage à la fois simple, dur et souriant. La machine termina la marche en découvrant sa tête. Elle était entièrement chauve et grise. Seule deux grosses lueurs jaunes égayait se tableur grisâtre. Le robot n’avait visuellement pas de bouche mais semblait être en état de parler.
Les deux gardes s’empressèrent de libérer l’accès à la gigantesque porte, de peur d’être… Bref tu connais la suite. Le quatuor accéda à l’ascenseur. Ils sortirent tous une clef qu’ils introduisirent dans quatre serrures sur huit. L’ascenseur commença l’ascension du grand bâtiment, du moins à l’envers car il descendait. L’écran de l’ascenseur afficha rapidement « - 3 » avant de s’arrêter brusquement et d’ouvrir sa bouche métallique ; ce qui offrit une très belle vue aux quatre personnes. Une salle très spacieuse où il n’y y avait rien d’inutile. En son centre se trouvait une longue table coincé entre plusieurs chaises avec des dossiers plutôt longs. Le bout de cette table, à l’opposé de l’ascenseur était coulé à une table ronde où trônaient six chaises aux dossiers plus imposants que les autres. La table de conférence se tenait sur un épais tapis aux bandes rouge et bleu clair qui s’accordait avec le ciel dégagé de nuage. Dans cette pièce, hormis les plantes carnivores qui se trouvaient près des immenses fenêtres, se trouvait un élément vivant, le patriarche Sameada.

« -Aaaaaah ! Les élémentaires ! Commença-t-il, joyeux. Les seuls membres qui ne sont pas tendu du string.
-Tonton Sameadoux ! Hurla le jeune enfant avant de foncer sur son soi-disant oncle. »

Mais au lieu de le câliner, il lui envoyait une slave de coup de poing sur le patriarche devait éviter.

« -Tu as donc décidé de me dire toujours me dire bonjour comme ça ?
-C’est pour pas que tu te ramollisses tonton, hihi !
-Cette enfoirée de Bonney, on ne l’a toujours pas retrouvé depuis qu’elle a fait ça à Childhood. Se plaignit la femme tout en enlevant sa cape »

Dévoilant ainsi une femme vêtue d’une veste en jeans par-dessus un t-shirt rose avec des écriteaux blancs. Ses jambes étaient couvertes, enfin le mot n’est pas adapté, d’un mini-shirt en jeans bleu claire.

« -L’élémentaire Fulminante est toujours aussi sexy, remarqua Sameada.
-On est entre nous, tu peux m’appeler par mon vrai prénom. »

Les deux autres élémentaires non-nommés enlevèrent aussi le robe/cape. L’homme était habillé d’un pantalon ample et noir d’où pendant deux bretelles de même couleur. Son torse était lui recouvert d’un t-shirt à manche long blancs où les dites manches étaient retroussées. On pouvait voir écrit « ADOLFO® » sur sa poitrine.
Le robot était lui entièrement recouvert d’une combinaison de peinture blanche.

« -Treize, tes goût vestimentaire me feront toujours rire ! Se moqua l’homme »

Le robot ignora les pics comme d’habitude, et comme d’habitude, il sortait une remarque pertinente après cela, comme pour détourner l’attention.

« -C’est normale qu’il est le ciel et le soleil dehors ici alors que nous sommes dans le sous-sol ?
« -Ah ça, commença Sameada qui servait les élémentaires organiques en boisson. En fait, dans l’ascenseur à été placé un système d’illusion gravitationnelle créé par je ne sais plus quel scientifique, c’est assez drôle je trouve. En vrai il n’existe pas de sous-sol, pas officiellement.
-Et bien c’est treizintelligent ça. Vous avez compris le jeu de mot ? Et toi Treize ? »

Le robot ignorait aussi les blagues douteuses de cet élémentaire, comme d’habitude. Et comme d’habitude, à chaque deuxième pique, Treize sortait une phrase moins pertinente.

« -C’est normal qu’il y est de la lumière le jour ?
-Arrêtez de le taquiner, élémentaire Kahidori. Vous allez nous le faire disjoncter.
-Pourquoi il n’y a qu’avez moi que ce gosse ne veut pas être familier ? N’empêche, ce gosse est un vrai trezor. N’est-ce pas Treize »

Et comme à chaque troisième attaque, le robot attaquait l’élémentaire Kahidori. Le tas de ferraille envoya l’élémentaire valser dans la pièce voisine qui semblait être une sale d’entrainement, salle où se trouvait étrangement l’élémentaire Fulminant.

« -Depuis tout ce temps ils sont comme ça ?
-Ouiiii ! Et c’est toujours Émeraude qui les calme !
-Elle mérite son titre d’élémentaire celle-là.

Dans l’autre salle, Treize avait le dessus mais comme d’habitude Kahidori n’y allait pas à fond.
Émeraude, dit l’élémentaire Fulminante, calma rapidement les deux énergumènes à coups de poing avant de les ramener dans la salle de réunion.

« -Soyons sérieux deux minutes.
-C’est treizimprobable que je réussisse, souligna Kahidori.
-Nous devons réparer ce mur avec la réunion, fit Treize comme intervention pertinente.
-Sur les 13 membres principaux, combien sont arrivé, questionna la femelle femme.
-Vous quatre plus le vieux grincheux qui habite ici et moi ça fait…
-Six.
-Merci Treize mais j’aurais pu m’en sortir tout seul…
-Les six plus importants sont donc là. Je paris que le vieux va ramener ses deux habituels gardes du corps, comme les suprêmes Takitadari et Chô, les patriarches Ontvlamben et Fresh, et deux trois invités spéciaux je crois.
-Je n’ai jamais compris pourquoi ils prennent des messieurs avec eux, ils sont faibles comme tonton Sameadoux ?
-Redit ça et je te tranche en rondelles, Childhood. Dit-il le sourire aux lèvres
-Quoiqu’il soit, intervint Kahidori, tu ne nous as toujours pas dit pourquoi est-ce que tu as décidé d'organiser une Grande, Childhood. Tu as tout de même utilisé le droit élémentaire.
-Eh bien je voulais que tout le monde se retrouve tous ensemble !! »

S'en suivit un très très long silence.

***



« -Il est que 9 heures du mat' et on se tape ses foutues corvées !
-Plus la fanfiction avance, plus je trouve que tu te plains, Jonathan. »

Étant momentanément sous les ordres de Barney, se dernier prenait un plaisir fou à leur faire faire tout se qui lui passait par la tête. Actuellement, il avait ordonné aux deux agents et à son petit fils d'engager des travaux d'agrandissement de propriété; ils défrichaient.
Fumetsu, toujours à la recherche de perfection dans l'escrime, prenait un pied incroyable à trancher les troncs d'arbres le plus nettement possible. Mais au énième arbre visé, il ne se rendit pas compte que celui était déjà en train de tomber, coupé par Jonathan. La vague d'énergie se dirigea alors vers deux silhouettes qui s'approchaient de chez Barney. Croyant qu'il s'agissait de simple civils, le maudit des eaux cria l'alarme.

« -Baissez-vous !! »

Le plus petit personnage esquia un petit « Hum ? » avant de simplement balayer l'attaque d'un revers de la mains gauche.

« -Qu'est-ce qu'il y'a Jina ? Demanda le plus imposant.
-Rien, un moustique je crois.. »

Le vieux Barney, qui se trouvait sur le toit de sa demeure souria bêtement en voyant ce duo arriver.

« -Où êtes-vous, Barney Archelius Jewelry Jr. ? Nous sommes les gardes en provenance du royaume des Fleures. Je suis Jina Kubwa, gardien d'Or à l'École d'Ah. Accompagnée de Lazima, gardien d'Argent à l'École d'Ah.
-La-haut. »

Les deux élèves de l'École d'Ah levèrent la tête en direction du toit de la maison. Le plus grand des deux, Lazima devait faire dans les deux mètres. Il semblait encore plus grand dans sa combinaison noir. Jiba devait faire la même taille que Lucie. Elle avait les cheveux blonds qui semblait lui arrivés à la poitrine. La partie inférieur de son visage était caché par une sorte de voile, laissant seulement ses yeux couleur noisette visible.

« -Que doit-on faire, fit-elle.
-Battre les deux zigotos là-bas. Celui qui a la ridicule coiffe indienne et la moche habillé vulgairement. »

Les deux personnes concernés firent mines de ne pas l'avoir entendu et s'avancèrent.

« -Je prends le gars, affirma Lucie »

Je vais enfin pouvoir montrer mes vrais capacités, se dit Lucie.
Barney cracha un sec « combattez » avant que Lucie ne fonce sur son adversaire. Elle recouvrit ses poings de chocolat et frappa violemment son adversaire au niveau du visage. Lazima décolla du sol, à la surprise des spectateurs. Padgreff ne s’arrêta pas là. Elle rattrapa son opposant avant de lui asséner un puissant uppercut suivit d'un direct qui envoya Lazima se ramasser plus loin, créant un nuage de poussière.
Le gardien d'Argent se releva difficilement et en grognant. Il tenta aussi de passer à l'attaque en traversant le nuage de poussière pour surprendre mais Lucie mais ce fut l'inverse. Au moment où il en sortit, Lucie le prit de vitesse, grand marteau en chocolat en main. Elle l’abattit violemment sur son crâne.

« -Explosion de pépite ! »

L'attaque portait bien son nom puisque le marteau explosa au moment de l'attaque, le division en centaine de pépite. Pour finir, Lucie enduit son corps de chocolat liquide - donc chaud. Elle tendit le bras vers Lazima pour s'exprimer.

« -Renard noir. »

Un renard provenant du chocolat de son bras fonça sur l'homme à terre et alla s'écraser littéralement sur lui. Étant fait d'un liquide chaud, voir bouillant, cette attaque brula le gardien d'Argent qui gigotait dans tout les sens et qui criait comme un sourd.

« -Sale.. P..pute !! »

Lucie qui comptait en rester là n’apprécia guère ces mots. Toujours en mode « chocolat chaud », elle colla ses mains et se concentra. Soudainement, les décolla brusquement sur les cotés, ce qui créa une sorte de ligne de chocolat qui se transforma rapidement en une énorme vague faite d'un liquide bouillant et fumant. Elle tendit les bras en avant en criant: « Inondation chocolaté ». L'énorme vague alla tout droit s'écraser sur Lazima qui était trop fragilisé pour bouger. C'est là qu'intervint Jina. Elle dégaina rapidement une petite lame de son fourreau présent en bas de son dos et dessina un cercle dans le vide avec autant de rapidité. Le coup alla se porter sur la vague, creusant un cercle sur la vague autour d'une zone de la vague. Elle leva ensuite son autre main pour envoyer une décharge de Haki qui fut tellement puissante qu'elle transforma la zone de chocolat du cercle en millions de petites gouttes. Cela n’empêcha pas la vague de tombé mais les deux gardiens de l'École d'Ah ne furent pas touché, se trouvant dans la zone annihilée.
Tout les spectateurs étaient ébahis, y compris Barney même s'il était d'un niveau supérieur.

« -Cette petite combien efficacité, puissance, fluidité et grâce d'un manière si aisé... J'en ai vu et vécu des combats, rencontré des personnes infiniment plus puissantes et pourtant, je n'ai été que peu surpris comme cela. Il est claire qu'elle a un vrai talent, c'est terrifiant. Pensa le vieux
-Qui est-elle ? Se dit Lucie, impressionnée.
-Elle a déviée mon attaque et maintenant ça ! C'est tout simplement formidable. Songea Fumetsu. »

Jonathan s’était contenté de sourire, bien qu'il soit aussi impressionné.

« -Tu n’étais pas obligé d'aller aussi loin pour si peu, souligna Jina »

Lucie regarda Lazima, il s’était évanoui à cause de la peur.

« -Qu'il s'estime heureux d’être encore en vie. Souffla Lucie.
-Dans ce cas, estime toi heureuse du fait que je t'ai ratée. »

Lucie ne comprenant pas, Jina lui montra son bras droit. Lucie ne s’était pas rendu compte qu'elle saignait légèrement. Sachant que le coup avait raté, elle regarda derrière elle. Elle se retint de crier. Derrière elle, une petite partie de la foret était rasée, comme s'il y avait eu le passage d'une tornade.
En voyant cela, le vieux Jewelry Jr. ne peut s’empêcher de sourire a pleine dent, et eu un frisson mélangeant l'effroi, l'excitation et la joie.

« -Assurément !! Ne put-il s’empêcher de crier. Nous avons ici un futur grand nom ! AHAHAHAHAHAH !! »

Jonathan aussi souriait alors qu'il s'approchait du gardien d'Or.

« -Je pense que tu te doutes que le combat ne sera pas aussi désavantagé.
-Combattez !! Hurla Barney, plus aussi sur de l'issu du combat. »

Jonathan bondit sur Jina en exécutant un Spear Tackle de la main droite. Elle esquiva l'attaque en s'envolant à l'aide d'une technique semblable au Razor. L'ex-marine utilisa donc deux Range Finger Gun pour parvenir à toucher le garde d'Or. Celle-ci les dévia grâce à sa courte épée. Jonathan commença alors à lancer de puissant Bras ouragan tandis que Jina chutait. Elle les esquiva tous sans vraiment le faire exprès, ce qui fit que les attaques du pirate se dirigeait vers la maison du vieux. Lucie créa un dôme endurcit grâce à la température très basse de sa substance, Fumestu place son épée face a lui. Mais se fut Barney qui stoppa les attaque en lançant une décharge de sa paume.
De leur coté, Jonathan et Jina étaient au corps à corps étrangement, s’était la femme qui dominait. Soudainement, elle attrapa la main droite de son adversaire et enchaina les décharges de Haki sur l'abdomen de Jonathan tout en courant. Lorsque son corps rencontra un arbre, elle le lâcha, arma solidement sa paume en arrière et l'appliqua férocement sur le sternum de l'ex-marine.

« -Répulsion ! »

L'attaque défricha une partie de foret, Jonathan compris.

« -Cette petite a beau avoir du talent, utiliser deux fois ce genre de technique a surement du l’épuiser, commenta le grand-père a qui voulait l'entendre »

Mais il n'avait pas tord, l’Élevé de l’École d'Ah respirait difficilement, portant sa main au cœur.

« -J'ai peut-être un peu forcé. S'il se...relève c'est pratiquement cuit pour moi.
-Si je savais que j'allais m'en prendre autant sur la tronche, j'aurais fuit depuis longtemps »

Jonathan s'exprimait ainsi en souleva deux trois troncs d’arabe qui se trouvait sur lui.

« -Ça fait vachement mal ton truc, putain »

Le gardien d'Or de l’École d'Ah regardait son adversaire sans réel expression externe, bien qu'a l’intérieur elle se demandait comment et pourquoi il se relevait.
Jonathan essuya le sang qui coulait de son nez et de sa bouche avant d'empoigner un tronc d'arbre.

« -Attrape ça ! »

Le Fauteur de trouble balança son arme qui partit comme un boulet. Étant trop affaiblit, Jina se le prit de plein fouet, lui arrachant un cri strident. Jonathan, affecté par la Répulsion de Jina, cracha une gerbe de sang avant de lui envoyer un Pied ouragan alors qu'elle se relevait. Elle se le prit aussi de plein fouet, la vidant de toute son énergie.

« -Gagnant: Jonathan.
-Si.. S'il n'y avait...pas eu ce concoure de...de circonstance avec Lamiza, j'aurais...j'aurais gagné ! Fit-elle en s’effondrant en larme »

Personne ne compris avant que Lamiza, qui s’était réveillé leur explique.

« -Sache une chose, Jonathan. Tu viens de mettre fin a une série de 586 victoires. Jina met un point d'honneur a respecter sa parole et elle a promit a sa regretter mère qu'elle ne perdrait aucun combat avant de réaliser son objectif. Il est même po..
-Je n'en n'ai rien à foutre. Je ne me suis pas battu pour elle mais pour mes propres intérêts. Le seul conseil que je peux lui donner, et il se retourna vers elle, c'est de te séparer de ce Lamiza et de l’École d'Ah. Tu..
-Je suis d'accord avec lui, intervint Barney. Tu n'es pas faites pour être un simple garde. De plus, c'est en perdant qu'on devient plus fort. Cesse donc de pleurer et tiens, ton argent. »

Il prit une mallette noir et la lui jeta.

« -900 000 Berry comme tu me l'as demander. Lamiza tu ne mérites rien par contre, faut pas déconner. »

###



Niveau prenom/clin d'oeil:
  • L'élémentaire Treize: Il s'agit ici d'une sort "shout out" envers une fiction que j'ai trouvé absolument génial: Ganelin. La seule chose que je vous spoil est le fait que Treize soit aussi un robot dans cette fiction.
  • Jina & Lazima: Ce sont deux mots, presque opposé, d'une langue africaine. Petit indice, le pays oû cette langue est parlé a recement perdu un héro connu de tous

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Dernière édition par Gangster Gastino le Lun 20 Jan 2014 09:44, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfiction] Witness
MessagePosté: Dim 26 Aoû 2018 19:59 
9 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2011
Messages: 327
Localisation: Je pisse sur la tombe de Maëvis - Tenro
a la fin il était censé être devenu puissant, riche et fou, avant de se faire fumer par tout ceux qui l'avait soutenu, mais légitement puisque il était devenu fou

_________________
« Usopp has been and will be the weakest in strawhats » Eiichiro Oda - ONE PIECE 10th Treasures (2007)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 59 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, [4]

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com